Kansas.

BIOGRAPHIE.

 

KANSAS/Topeka (Kansas – USA)

 

Kansas le line up de dust in the wind

 

Actif depuis 1973.

Labels:MCA,Kirshner,Magna Carta,Inside Out.

Genre:rock progressif,hard rock,arena rock,AOR,art rock.

Site officiel:kansasband.com

Vicci avait raison.

Un jour d'été 1977, alors que Kansas est sur le point de finaliser son 5ème album, Point Of Know Return, le producteur Jeff Glixman déboule dans le studio pour secouer les troupes et réclamer dans l'urgence un dernier titre, afin de boucler l'enregistrement. Motif : le label veut du hit et sur ce qu'il a alors pu entendre jusque là, aucune chanson n'a le potentiel pour reproduire le succès du précédent Carry On Wayward Son (N°11).

Kansas kerry livgren Kerry Livgren, par lequel Dust In The Wind est arrivé.

Kansas dust in the windUn succès peut en cacher un autre...

Kansas carry on wayward son...Carry On Wayward Son.

Kansas nowKansas, toujours actif en 2020.

Le songwriter-maison, Kerry Livgren se met alors à entamer une chanson acoustique née par accident chez lui et travaillée entre deux tournées. En effet, alors qu'il joue quelques accords en fingerpicking pour se chauffer les doigts, sa femme Vicci tombe sous le charme de ce qu'elle entend et lui suggère de mettre des mots sur cette mélodie qu'elle sent bien.

Ces paroles, il va les puiser dans le livre de poésie amérindienne qu'il est alors en train de lire et s'inspirer de la ligne All We Are Is Dust In The Wind. Un quart d'heure plus tard, la trame de la chanson est jetée.

Cette chanson, il la joue donc à ses partenaires tandis qu'il s'est jusque là toujours refusé à leur proposer, au motif de ne pas cadrer avec le style et le son de Kansas.

Son auditoire du moment est stupéfait et unanime à penser que cette chanson, bien qu'atypique, doit effectivement être intégrée à l'album. Ce sera d'ailleurs le prochain single du groupe, dixit les responsables du label Kirshner.

Dust in The Wind sera le hit espéré par l'exigeant Don Kirshner, alias The Man With The Golden Ear (l'Homme à l'Oreille d'Or), et son encadrement. Il fera mieux que le single précédent, en prenant la 6ème place des charts US (22 avril 1978), en se parant d'or quelques semaines seulement après sa publication et en renforçant un peu plus la popularité de Kansas... Vicci avait donc raison.

Des Gimlets à Kansas I...

Originaire de Topeka, Kansas s'est constitué sur l'initiative de trois de ses membres, à savoir le guitariste Kerry Livgren, le bassiste Dave Hope et le batteur Phil Ehart, mais c'est le premier nommé qui, en donnant l'impulsion initiale avec les Gimlets, formation scolaire, trace véritablement la voie menant au projet Kansas.

Songwriter précoce, Livgren exhorte les Gimlets (John Pribble, batterie, Scott Kessler, basse, Tim Strauss, guitare et Dan Wright aux claviers) à tout donner pour devenir rapidement un des très bons groupes du Kansas et du Missouri voisin.

Pour ce, il s'appuie sur un répertoire constitué d'un mélange de pop, de rock et de psyché et sur des originaux.

Au terme de ses études (Topeka West High School/1967), il rejoint pourtant les Mellotones, groupe de R & B classique au sein duquel il fait la rencontre de Don Montre (1969) qu'il convainc de quitter les Mellotones pour rejoindre, comme lui, The Reasons Why, dans lequel évolue une de ses vieilles connaissances, Dan Wright ainsi que Lynn Meredith, un chanteur originaire du Sud-Dakota.

Livgren y éprouve rapidement une sensation de frustration sur le plan artistique, aussi décide-t-il de reprendre sa liberté et de réactiver furtivement les Gimlets, avant de fonder, avec Don Montre, Lynn Meredith, Dan Wright, Scott Kessler et Zeke Lowe, un nouveau groupe : Saratoga.

Cette mouture se rapproche de White Clover, un autre combo local (rock progressif) dans lequel figurent Steve Walsh, Rich Williams, Jeff Glixman, Dave Hope et Phil Ehart.

Hope et Ehart rejoignent Livgren, Meredith, Greg Allen, Montre, Wright et Larry Baker pour constituer ce qui est la première incarnation connue de Kansas (1970). Appelé Kansas I, ce line-up ne reste ensemble qu'une année quand Ehart et Hope s'en éloignent pour reformer White Clover (1971).

2 ans de Proto-Kaw, 8 de Kansas.

Ehart est remplacé par Zeke Lowe (puis Brad Schulz), tandis que Rod Mikinski supplée Hope à la basse. John Bolton en fait de même avec Larry Baker au saxophone et à la flûte. Cette deuxième structure de Kansas (Kansas II) est aussi nommée Proto-Kaw. Elle est active sous cette forme de 1971 à 1973.

Dans le même temps, après que Hope et Ehart aient une nouvelle fois réorganisé White Clover avec Robby Steinhardt, Steve Walsh et Rich Williams, puis recruté Livgren en rupture de Kansas II (73), un contrat d'enregistrement est décroché avec le label de Donald Kirshner, en réponse à une convaincante démo de 5 titres (1973).

La formation remaniée reprend le nom de Kansas sous lequel elle tourne sans relâche. Steve Walsh, Kerry Livgren, Rich Williams, Dave Hope, Phil Ehart, Robby Steinhardt en forment l'ossature et ouvre officiellement l'histoire des musiciens de Topeka. La troisième version de Kansas est aussi la plus populaire. Elle couvre la période 1973/1981 et assure toute la partie 70's de la discographie du groupe.

Dès septembre 1973, Kansas entre en studio (New York) pour enregistrer son premier album, l'éponyme Kansas (mars 1974), mélange complexe de hard, de boogie, de prog et de segments symphoniques (le violon est un élément dominant du son). Il préfigure la voie que va prendre le groupe dans son travail ultérieur Intéressant pour fourmiller de bonnes idées, ce disque convaincant donne envie de suivre l'évolution des natifs de Topeka.

Kansas livgren portrait

« A l'origine, Dust in the Wind est né d'un exercice en fingerpicking pour échauffer mes doigts. Ma femme m'écoutait jouer et elle me dit alors qu'elle trouve cela vraiment joli, que je devrais en faire une chanson. Acoustique, c'était loin d'être une chanson qui collait au style que l'on connaissait de Kansas. Elle m'a dit d'essayer quand même. Plusieurs millions d'albums plus tard, je suppose qu'elle avait raison. » (Kerry Livgren)

Une stratégie commerciale agressive et efficace.

Il appelle une suite et celle-ci s'appelle Song For America (février 1975) qui voit Kansas reprendre les mêmes ingrédients sans faire ni mieux, ni moins bien que son prédécesseur. Kansas s'adresse désormais à un panel de fans plus élargi, que les incessantes tournées entreprises enflent régulièrement sous poids de la stratégie commerciale vivace menée par le label de Kirschner.

L'excellent Masque (avec Jeff Glixman à la production), troisième LP sorti en septembre 1975, marque le début de la période la plus prolifique de Kansas. Ce nouveau volume, plus homogène, prépare à Leftoverture et Point Of Know Return, les opus suivant généralement considérés comme l'apogée artistique du groupe.

Leftoverture (octobre 1976), 5 fois Platine, est un travail d'orfèvre, que la critique comme le public va accueillir comme il se doit. Son succès tient également au hit planétaire Carry On Wayward Son, 11ème des charts US, qui le propulse sur le devant de la scène.

Leftoverture (Top 5 du Billboard) est un des trois albums incontournables du catalogue comme le majestueux Point Of Know Return, enregistré à Nashville et publié un an après (octobre 77).

Dust In The Wind, le chant dy cygne ?

Ce dernier fait encore mieux, boosté par le triomphe de Dust In The Wind. Entre 1975 et 1977, Kansas renverse tout sur son passage ; rien ne lui résiste. Son zénith se situe là. Au-delà de 1977, le charme opère moins. Kansas suscite moins d'intérêt.

Le décevant Two For The Show (live 1978) et le sixième album studio, Monolith (top 10) bénéficient toujours de l'aura générée par le créneau Masque-Point Of Know Return et limitent la casse. Le public adhère encore mais se montre de moins en moins séduit. L'orientation AOR et le côté de plus en plus radio friendly de Kansas ne sont pas étrangers à cette situation.

Les musiciens en ont conscience qui commencent à s'éparpiller. Walsh fait un album solo avant d'aller fonder un nouveau groupe (Streets), Hope et Livgren se convertissent au christianisme et ça influe négativement sur la vie du collectif.

Audio-Visions (septembre 1980), dernier LP de la mouture légendaire de Kansas, est très imprégné de la conversion spirituelle de son songwriter.

Kansas, tel que décrit en préambule, publie encore 8 opus, moins reluisants que le moins bon de tout ce qui précède. Phil Ehart et Rich Williams sont aujourd'hui les seuls rescapés du line-up mythique de Kansas : le seul qui vaille (RAZOR©2020).

LP Studio 5 - 1977

 

Kansas point of know return 1977

 

KANSAS

POINT OF KNOW RETURN – 1977  4/5

 

Publié en octobre 1977.

Produit par Jeff Glixman.

Durée:44:24.

Label:Kirshner Records.

Genre:rock progressif,rock.

 

Le Kansas le plus populaire.

 

Point Of Know Return, cinquième LP du catalogue, a culminé au 4ème rang du Billboard 200. Trois des singles qu'il abrite ont eu un parcours heureux dans les charts US : N°28 pour la chanson titre, N°64 pour Portrait (He Knew), mais surtout N°6 en ce qui concerne le planétaire Dust In The Wind. Ajoutez à cela qu'il est également multi-platine depuis belle lurette...

Avec un tableau aussi élogieux, nul doute qu'il est la pièce de la discographie de Kansas la plus populaire. Si les fans du groupe en ont fait, haut la main, leur référence absolue, la critique s'est montrée également très bienveillante à son endroit, comme elle le fut de l'album qui le précède, Leftoverture (porté par son légendaire Carry On Wayward Son), et qu'elle le sera du suivant, Monolith. Ces trois disques constituent l'apogée artistique de Kansas, ils sont leur tierce royale.

Durant la seconde moitié des 70's et depuis Song For America, chacune de ses sorties discographiques marque une avancée, ce qui a pour conséquence de grossir progressivement les rangs de ses supporters.

Kansas n'en récolte pour autant les dividendes qu'après la sortie de Leftoverture qui est leur premier gros coup. Kansas n'a pas le temps de profiter de la réussite de ce disque qu'il remet aussitôt l'ouvrage sur le métier sous la pression du label qui tient absolument à voir ses protégés bisser dans le succès.

Les gars de Topeka sortent Dust In The Wind de leur chapeau et signent parallèlement une matière cohérente collégiale (Point Of Know Return) même si Walsch et Livgren en sont les songwriters les plus prolixes.

Dans ce contexte, ils réalisent un LP très bien équilibré entre un rock semi progressif à la ELP ou Yes, parfois complexe certes, et une réponse aux exigences commerciales du label.

Lightnin' Hand, Hopelessly Human, Closet Chronicles, Portrait (He Know) et Nobody's Home sont les autres pièces de qualité de l'album. De quoi justifier sans discuter son rang de N° 4 du Billboard (RAZOR©).


1. Point Of Know Return .
2. Paradox.
3. The Spider.
4. Portrait (He Knew).
5. Closet Chronicles.
6. Lightning Hand.
7. Dust In The Wind.
8. Sparks Of The Tempest.
9. Nobody's Home.
10. Hopelessly Human.

 

Phil Ehart:batterie,percussions.

Robbie Steinhardt:chant,violon,cello.

Steve Walsh:chant,claviers,effets,percussions.

Rich Williams:guitare acoustique et électrique.

Dave Hope:basse.

Kerry Livgren :guitares,claviers,percussions.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.