Blossom Toes

BIOGRAPHIE.

 

BLOSSOM TOES/Londres (Angleterre)

 

Blossom toes 2

 

Actif entre 1967 et 1969.

Label:Marmalade,Polydor.

Genre:pop psychédélique,rock psychédélique,acid rock,freakbeat,hard rock.

 


Plus populaire aujourd'hui qu'hier.

Dans le lot des groupes passés en coup de vent dans le rock, les Blossom Toes, des anglais en lesquels le légendaire manager et homme des nuits londoniennes des 60's, Giorgio Gomelsky, croyait beaucoup, tellement qu'il s'est beaucoup impliqué pour les populariser mais qui, au final, sont restés ou inconnus de la grande majorité des supporters de rock, fut-il britannique, ou largement sous-estimés pour ceux qui en ont entendu parler ; partant de là, qu'ils disparaissent au bout de deux ans d'existence était écrit.

Blossom toes the ingoesThe Ingoes.

Blossom toes 3Blossom Toes.

A l'actif de Blossom Toes, deux albums très différents, au point de se demander si c'est la même formation qui les a assurés ; une orientation artistique évoluant de pop psychédélique et baroque vers un rock progressif ; un énorme potentiel qui, et c'est plutôt surprenant, n'imprime pas auprès du public de l'époque. Blossom Toes est certainement plus populaire aujourd'hui qu'il ne le fut hier. Au regard de la qualité des deux legs vinyliques (We Are Ever So Clean/1967 et If Only For A Moment/1969) laissés par les protégés de Gomelsky, c'est vraiment dommage. Blossom Toes méritait mieux, étant considéré avec le recul comme une des valeurs sûres du psychédélisme à l'anglaise.

Sous l'autorité de Giorgio Gomelsky.

L'histoire de Blossom Toes se met en place à la fin de 1962 quand les deux Brian, l'anglais Belshaw (bassiste) et le gallois Godding (guitariste, claviériste et chanteur), encore adolescents, fondent les Gravediggers avec Fred Love et Alan Kensley, rapidement suppléés par Colin Martin et Eddie Lynch. Cette configuration devient les Ingoes qui ont pour idoles les Yardbirds, groupe managé par Giorgio Gomelsky, figure majeure du Swinging London.

Les Ingoes s'attirent la sympathie du propriétaire du Crawdaddy qui les signe pour soutenir dans un premier temps le bluesman Sonny Boy Williamson, puis pour ouvrir les spectacles des Yardbirds. Gomelsky leur alors déniche un engagement sur Paris pour que le groupe puisse progresser et servir les intérêts financiers du manager. Sur les marchés français et italien, les Ingoes enregistrent quelques singles et une musique de film jamais utilisée.

Dans cette optique d'évolution souhaitée par le russo-américain, décision est prise de limoger Eddie Lynch et d'intégrer à sa place Jim Cregan, ce à quoi Godding s'oppose dans un premier temps, avant de céder aux injonctions de celui qui est aussi le mentor des Stones

Dans le même temps qu'il crée son propre label, l'indépendant Marmalade distribué par Polydor, le manager géorgien engage les Ingoes qui mutent aussitôt en Blossom Toes, après l'avoir fait précédemment de Julie Driscoll, Brian Auger & The Trinity. Le partenariat engagé fin 66 début 67 dure jusqu'en 1969, date à laquelle Blossom Toes rend l'âme et Gomelsky met la clé sous le paillasson faute d'argent.

Blossom toes brian goddingPhoto Dragan Tasic.

« Quand nous avons estimé être des professionnels, nous avons décidé de prendre un manager. Et ce manager, dans notre esprit, il ne pouvait y en avoir qu'un : Giorgio Gomeslky, l'homme derrière les Yardbirds, nos idoles. Pour faire court, il nous a dit de revenir quand nous serons prêts. Nous avons suivi son conseil plein de sagesse. » (Brian Godding)

Un LP psychédélique vanté partout.

Un premier LP est enregistré, We Are Ever So Clean ; dans son sillage, le groupe prend part à deux festivals, le Reading Jazz Festival dans le comté de Berks et l'International Love-In Festival (Alexandra Palace 29/7/1967) où il se produit aux côtés de Pink Floyd, des Animals, de Brian Auger et Trinity et du Crazy World d'Arthur Brown. Ces deux dates ne sont pas restées dans les annales de Blossom Toes, insuffisamment préparés pour ces événements.

We Are Ever So Clean est bien accueilli par la presse spécialisée nationale. Ainsi, le Melody Maker tient l'album comme le Sergent Pepper's de Gomelsky. A sa publication, le disque n'est pas encore considéré artistiquement comme un classique du psychédélisme anglais, pas plus qu'il ne convainc le public commercialement. Ce n'est qu'avec le temps qu'il prend du galon, au point même de devenir culte pour la sphère psyché internationale et de figurer en 40ème place des 100 meilleurs disques de cette catégorie. Il faut dire que ses pièces maîtresses, Look At Me, I'm You ou What On Earth ont l'étoffe des pépites du genre.

1967/1969 et puis plus rien.

Au moment de réaliser leur deuxième opus, If Only For A Moment (1969), Blossom Toes a déjà tourné le dos aux sirènes du flower power. Privée de Westlake mais avec John Palmer puis Barry Reeves, la formation londonienne opte pour une voie plus lourde, plus dure, dans laquelle les guitares (Godding et Cregan) donnent leur pleine mesure. Après la tournée de promotion de l'album, le groupe s'est dilué dans le même temps que les ennuis financiers de Gomelsky ont commencé (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 1 - 1967

 

Blossom toes we are ever so clean 1967

 

BLOSSOM TOES

WE ARE EVER SO CLEAN – 1967  3,5/5

 

Publié en octobre 1967.

Produit par Giorgio Gomelsky.

Durée:39:56.

Label:Marmalade,Polydor,Sunbeam.

Genre:rock psychédélique,freakbeat,acid rock.

 

Trop fantasque.

 

Giorgio Gomelsky, mort au début de l'année 2016, a tenu un rôle essentiel dans l'existence des Blossom Toes. Le dénicheur des Stones et des Yardbirds, alors acteur incontournable du Swinging London via, entre autres, le Crawdaddy dont il était propriétaire, est aussi le pif qui a levé les Ingoes et a lancé leur carrière : d'abord en se rapprochant de Sonny Boy Williamson qu'ils accompagnent, puis en soutenant ponctuellement, quand ils venaient se produire à Paris, Vince Taylor et Chuck Berry.

Influent, Gomelsky a d'abord la peau d'Eddie Lynch au motif de faire évoluer la formation dont il sent le gros potentiel et la promesse de lendemains lucratifs. Le guitariste Jim Cregan est alors imposé qui contribuera conséquemment à l'objectif fixé par le manager.

En septembre 1966, Gomelsky fonde Marmalade, son label ; il y signe les Ingoes qui deviennent les Blossom Toes, plus dans l'air du temps psychédélique, mais qui perdent au passage leur batteur Colin Martin, au profit de Kevin Westlake. Cregan, Martin... les Blossom Toes comptent également en leur sein, Brian Godding (guitare, claviers, chant) et le bassiste Brian Belshaw.

Sous la houlette du russo-new yorkais qui a de grands projets pour eux et qui leur donne le coup de pouce nécessaire en les dotant d'un nouveau matériel et en leur mettant une maison à disposition, les Blossom Toes sont placés dans les meilleures conditions pour préparer un premier LP : We Are Ever So Clean (en écoute intégrale ici). C'est tout naturellement qu'ils poussent la porte du studio pour l'enregistrer.

Hormis Belshaw qui ne se mouille pas beaucoup, l'écriture est quasi collégiale. Godding est le plus impliqué, suivi de Cregan. Même Gomelsky met la main à la pâte. Il en résulte un lot de 15 titres diversifiés entre psych pop, pop baroque, généreusement orchestrés et dotés d'effets, visiblement pas suffisamment bien promus ou sous-estimés pour sortir le groupe de la discrétion dans laquelle il a toujours été cantonné, mais auquel le cercle psychédélique contemporain voue aujourd'hui une reconnaissance bien meilleure.

L'explication du manque d'intérêt dont a bénéficié Blossom Toes tient vraisemblablement dans l'inégalité et, parfois, l'incohérence de ce répertoire alternant le très bon (Look At Me I'm You, I'll Be Late For Tea et The Remarkable Saga Of The Frozen Dog) et le moyen (au-delà de la 4ème piste). Il faut cependant louer la production et les arrangements assurés par Gomelsky. Globalement divertissant, cet album excentrique et fantasque surtout, n'est pas pour moi le chef d'oeuvre dont font état certains commentaires : c'est du 3,5/5, ce qui est très honorable pour un disque exhumé et revenu de nulle part (RAZOR©).

 

1. Look at Me I'm You.

2. I'll Be Late for Tea.

3. The Remarkable Saga of the Frozen Dog.

4. Telegram Tuesday.

5. Love Is.

6. What's It For.

7. People of the Royal Parks.

8. What on Earth.

9. Mrs Murphy's Budgerigar.

10. I Will Bring You This and That.

11. Mister Watchmaker.

12. When the Alarm Clock Rings.

13. The Intrepid Balloonist's Handbook, Volume One.

14. You.

15. Track for Speedy Freaks (or Instant LP Digest).

 

Brian Belshaw:basse,chant.

Jim Cregan:guitare,chant.

Brian Godding:guitare,claviers,chant.

Kevin Westlake:batterie.

LP Studio 2 - 1969

 

Blossom toes if only for a moment 1969

 

BLOSSOM TOES

IF ONLY FOR A MOMENT – 1969  4/5

 

Publié en juillet 1969.

Produit par Blossom Toes,Giorgio Gomelsky.

Durée:43:51.

Label:Marmalade,Sunbeam.

Genre:rock psychédélique,freakbeat,hard rock.

 

Du potentiel, malheureusement sous-estimé.

 

Je suis personnellement beaucoup plus sensible à If Only For A Moment (en écoute intégrale ici) de 1969 qu'à son prédécesseur de 1967, le pop-psych/pop baroque We Are Ever So Clean, trop fantasque.

J'ai, en effet, une nette préférence pour le son plus dur du deuxième et, hélas, dernier album de Blossom Toes, porté par les deux guitares de Cregan et Godding et moins psyché. Ceux qui ont aimé We Are Ever So Clean en seront pour leur frais ; Blossom Toes s'éloigne du flower-power et prend une autre voie ici.

Je préfère cette orientation plus mature, plus lourde et plus efficace, plus énergique et généreuse, même si, à l'heure des comptes, elle ne sert pas forcément les intérêts d'un groupe voué à rester sous-estimé toute sa vie. Le Blossom Toes de If Only For A Moment fait montre d'arguments suffisamment convaincants pour être pris au sérieux, mais n'imprime pas.

Pourtant, ce collectif est crédible, sa matière aussi qui transite avantageusement du pop au rock prog. Toutes proportions gardées, à titre indicatif, ça marche ici sur les plates-bandes de Cream.

Au regard de leurs meilleures pièces comme Listen To The Silence, Peace Loving Man, Billy Boo The Gunman, Kiss Of Confusion, Indian Summer ou le final Wait A Minute, il est patent que les Blossies avaient du potentiel.

Malheureusement, il est resté lettre morte, n'existant essentiellement que sous le manteau, rarement aux premières places des bacs. Dommage, il y avait du bon (RAZOR©).

 

1. Peace Loving Man.

2. Kiss of Confusion.

3. Listen to the Silence.

4. Love Bomb.

5. Billy Boo the Gunman.

6. Indian Summer.

7. Just Above My Hobby Horse’s Head.

8. Wait A Minute.

 

Jim Cregan:lead guitare,guitare rythmique,chant sur 3/6/8.

Brian Godding:lead guitare,guitare rythmique,chant sur 2/4/5,orgue,piano.

Brian Belshaw:basse,chant sur 1/7.

Barry Reeves:batterie sauf 1,percussion,congas sur 1.

John « Poli » Palmer:batterie sur 1.

Shawn Philips:sitar sur 7,guitare 12 cordes sur 7.

Giorgio Gomelsky:choeurs sur 4.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.