It's A Beautiful Day

BIOGRAPHIE.

 

IT’S A BEAUTIFUL DAY/San Francisco (Californie)

 

Its a beautiful day 1972

 

Années actives:1967/1974,2000 à aujourd’hui (David LaFlamme Band).

Label:CBS,Columbia.

Genre:rock psychédélique,folk-rock,jazz-rock.

Site:davidlaflamme.com

 

Formation fétiche du Fillmore.

David LaFlamme est l’homme par lequel It’s A Beautiful Day, ce très beau groupe de la place de San Francisco de la seconde moitié des 60’s, a existé. Il fut une des formations fétiches du Fillmore local derrière lequel se profile Bill Graham, l’éminent organisateur de spectacles du moment.

Formé en 1967 et conduit par son violoniste virtuose, It’s A Beautiful Day évolue sur la scène psychédélique foulée par les Dead, Airplane, Santana, Big Brother & The Holding Company, mais sans en avoir malheureusement le même écho. Supplanté par Santana au festival de Woodstock en 1969, It’s A Beautiful Day n’a pas pu bénéficier de ce petit coup du destin qui aurait pu le faire basculer dans la célébrité.

Its a beautiful 1

Its a beautiful 2

Its beautiful day 3

Il en a pourtant les atouts et son premier album éponyme publié en 1969 suscite les plus belles promesses. Sa popularité s’installe, hélas, alors que les hippies commencent à rentrer dans le rang et à troquer leurs nippes délurées pour des tenues plus conventionnelles, le drame d’Altamont, en cette fin de même année, signant la fin de la récréation.

White Bird, la signature.

Dans ce contexte d’idéaux évaporés, White Bird, le titre né sous la plume de David LaFlamme et qui lui est associé pour l’éternité, ne touche que partiellement sa cible, la clientèle plutôt trippy restée fidèle aux valeurs héritées du flower power, malgré les radios qui s’y intéressent de près.

En dépit de ces contretemps, le groupe de San Francisco est pourtant un contributeur reconnu au son de cette scène. David LaFlamme et son épouse Linda, claviériste ont en charge l’écriture d’It’s A Beautiful Day. Leur catalogue retient trois LP et un live. L’album éponyme incontournable de 1969, un classique autour duquel s’est bâtie sa brève popularité, Marryong Maiden (1970), encore intéressant, et à un degré moindre, le live At Carnegie Hall (1972), dernier LP de la période active du groupe, sont les opus représentatifs de la bande à LaFlamme.

Le duo LaFlamme/Santos.

It’s A Beautiful Day, s’il est une belle vitrine pour le jeu de violon expert de son leader, élément central du folk rock psychédélique qu’il pratique, est également le terrain d’expression d’un duo vocal mémorable, celui que ce dernier constitue avec Pattie Santos et calqué sur la norme alors en vogue, Jefferson Airplane avec son tandem Balin/Anderson, puis Balin/Slick.

Pattie Santos, décédée tragiquement sur la route en 1989, est découverte par le controversé Matthew Katz, manager du groupe et par ailleurs de Jefferson Airplane et de Moby Grape dans lesquels il a mis un bordel monstre. Sa voix se marie avec une telle douceur à celle du violon de  LaFlamme, instrument alors rare dans le rock, et aux claviers de Madame, que cette fusion lui vaut d’être plébiscitée meilleure chanteuse de l’année 1968. C’est sur cette structure tricéphale portant l’album éponyme et la phase initiale de sa carrière à bout de bras, que le rock retient le nom de cette formation.

Its beautiful day laflamme

« La première fois que nous sommes passés au Fillmore, le groupe qui nous précédait était Deep Purple. Quand ils publient leur LP de 1970, In Rock, nous constatons alors la ressemblance musicale entre Bombay Calling et Child In Time. La similitude est flagrante. J’ai donc intenté une action en justice sur les droits de cette chanson. » (David LaFlamme)

Resté au stade des promesses.

It’s A Beautiful Day l’album et le groupe se confondent longtemps dans l’esprit des non-initiés. Aujourd’hui, le trouble n’est plus permis tant l’opus a gagné ses galons de disque incontournable du rock psychédélique. Fort de 7 titres accrocheurs, il aurait dû propulser le groupe sur le devant de la scène. Les faits évoqués précédemment, certains troubles en interne agissant sur le couple LaFlamme amènent Linda à quitter It’s A Beautiful Day et, du même coup, plombent un avenir qui se dessinait comme prometteur.

Au lieu de ça, espéré dans un registre similaire par des fans réclamant du White Bird, le deuxième LP, plus éclectique et orienté country, traduit une déception en leur sein. Différent, il offre cependant une facette intéressante du groupe, dans laquelle le violon de LaFlamme s’efface et propose certaines pièces encore de grande qualité.

Désintégration et litiges.

Après ça se désintègre, le personnel change et rajoute à la confusion. Choice Quality Stuff (1972) est à des années-lumière de ce pour quoi la formation de San Francisco est encore aimée : son ambiance planante.

Le live au Carnegie Hall (1972) s’appuie sur trois des titres étirés de l’album phare, A Hot Summer Day, Bombay Calling qui alimente la polémique comme quoi Deep Purple a piqué l’idée pour faire Child In Time, et White Bird. Il vaut essentiellement par ce choix. C’est le dernier pour son fondateur, David Laflamme contraint de quitter le groupe pour de sombres histoires de droit derrière lesquelles se profile le machiavélique Katz. Le litige perdure aujourd’hui encore qui a empêché la sortie d’un double compil’. Pour le contourner, David LaFlamme et ce qu’il reste d’It’s A Beautiful Day (4 des 6 membres du passé) évoluent sous David LaFlamme Band (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S/70'S.

LP Studio 1 - 1969

 

Its a beautiful day its a beautiful day

 

IT’S A BEAUTIFUL DAY

IT’S A BEAUTIFUL DAY – 1969  5/5

 

Publié en 1969.

Produit par David LaFlamme.

Durée:40:42.

Label:CBS Records.

Genre:folk-rock,rock psychédélique.

 

Une gâterie psychédélique.

 

It’s A Beautiful Day a surfé sur la vague psychédélique de San Francisco dans le même temps que le Grateful Dead ou Jefferson Airplane, les meneurs de revue. Il en a été l’un des fleurons avec ceux que l’on oublie généralement d’associer, Santana, Quicksilver Messenger Service, Moby Grape, Big Brother And The Holding Company, The Great Society, ou Country Joe & The Fish. C’est ce que l’on appelle la scène psychédélique de l’Area Bay, la baie de Frisco.

Il ne se passait pas une réunion musicale de ce décor qui s’organise sans qu’It’s A Beautiful Day n’y prenne part. Autant dire que, même si elle n’a pas marqué les esprits comme les groupes cités précédemment, la formation emmenée par David et Linda LaFlamme ont laissé une empreinte sur cette place et dans ce théâtre. Les puristes du genre vous le diront.

It’s A Beautiful Day se pose en acteur de l’acid rock, en contributeur du si spécifique son émergeant de San Francisco ; son acid soft rock est l’un des plus doux et les plus agréablement psychédélique de ce genre musical. C’est une merveille entretenue par la guitare suave d’Hal Wagenet, par les complaintes de violon de David LaFlamme et par le chant en duo de ce même Laflamme avec Pattie Santos (comme l’Airplane).

Cet album éponyme, It's A Beautiful Day (en écoute intégrale ici) est son premier, sorti en 1969 ; il est d’une beauté incomparable du premier au dernier titre. Mention spéciale toutefois à White Bird, son sésame, inspiré des expériences personnelles des LaFlamme. Il amène à regretter qu’au-delà de ce disque devenu légendaire, It’s A Beautiful Day n’en soit resté qu’au stade des promesses.

Mal géré, empêché d’agir ou d’évoluer par les manigances intéressées d’un manager véreux, le même qui a eu maille à partir avec Jefferson Airplane et Moby Grape, privé de Woodstock au profit de Santana, plagié par Deep Purple qui s’inspire du présent Bombay Calling pour rebondir sur Child In Time (comparez, vous verrez combien le riff est très ressemblant), It’s A Beautiful Day n’a pas été épargné par les coups du sort.

Son épanouissement s’en est trouvé affecté, sa notoriété bridée, qui aurait dû être décuplée si son arrivée dans les bacs n’avait pas coïncidée avec la fin quasiment actée des idéaux hippies. Mais avec des si, on mettrait Paris en bouteille, alors le mieux est d’y souscrire et il n’est pas meilleur entrée en matière que White Bird pour faire taire les sceptiques. Derrière, Hot Summer, Wasted Union Blues, Girl With No Eyes, le controversé Bombay Calling, Bulgaria et Time Is font le job, comme on dit, pour faire briller un LP sur lequel toute la popularité de cette formation repose depuis toujours (RAZOR©).    

 

1. White Bird.

2. Hot Summer.

3. Wasted Union Blues.

4. Girl With No Eyes.

5. Bombay Calling.

6. Bulgaria.

7. Time Is.

 

David LaFlamme:violon,flûte,chant.

Linda LaFlamme:piano,piano électrique,orgue.

Hal Wagenet:guitares.

Michael Holman:basse,harmonica,chœurs.

Val Fuentes:batterie,chœurs.

Pattie Santos:percussions,cloches,chœurs,chant.

Bruce Steinberg:harmonica.

LP Studio 2 - 1970

 

It s a beautiful day marrying

 

IT’S A BEAUTIFUL DAY

MARRYING MAIDEN – 1970  3,5/5

 

Publié en 1970.

Produit par Brent Dangerfield,It’s A Beautiful Day.

Durée:38:31.

Label:CBS.

Genre:rock,rock psychédélique,folk-rock,pop psychédélique.

 

Album éclectique et velouté.

 

Marrying Maiden (en écoute intégrale ici), deuxième LP du groupe de Frisco vient juste après le LP éponyme de 1969 qui a fait plus pour la popularité d’It’s A Beautiful Day que toute la discographie venant à sa suite. Ce dernier a connu un tel succès, via White Bird que leur acid-rock velouté après avoir partagé les affiches du Fillmore West avec les Dead et Airplane, les pointures de l’époque, est relayé par les ondes internationales.

Avec Marrying Maiden, la formation américaine change quelque peu de direction musicale. Enregistré au début des années 70, ce disque est encore un bien bel ouvrage avec des titres d’une grande douceur.

Le répertoire est éclectique et empreint d’une belle sérénité, s’ouvrant dans cet esprit avec Don And Dewey, en hommage à un duo de musiciens de rhythm & blues du même nom.

Il est suivi du classique folk The Dolphins, repris de Fred Neil, qui n’est pas sans rappeler The New Riders Of The Purple Sage à leurs débuts, puis d’Essence Of Now, un bien beau titre-ballade très attachant, du plaisant Hoedown (le violon de Laflamme s’enflamme sans retenue), du pop bien structuré Soapstone Mountain (surprenant dans cette atmosphère tranquille). Pas mal également, Good Lovin’.  

Marrying Maiden bénéficie de la présence discrète, en guest, de Jerry Garcia du Grateful Dead dont le coup de pédale-steel et les riffs se lisent sur Hoedown ou sur It Comes Right Down To You. La ballade Do You Remember The Sun ? termine agréablement ce disque, certes moins bon que l’album initial du groupe, mais recélant des morceaux très sympas (RAZOR©).

 

1. Don And Dewey.

2. The Dolphins.

3. Essence Of Now.

4. Hoedown.

5. Soapstone Mountain.

6. Waiting For The Song.

7. Let A Woman Flow.

8. It Comes Right Down To You.

9. Good Lovin'.

10. Galileo.

11. Do You Remember The Sun?


Val Fuentes:batterie,chant.

Jerry Garcia:banjo,guitare.

Mitchell Holman:basse,harmonica,chant.

David LaFlamme:violon,flûte,chant.

Richard Olsen:clarinette.

Sid Page:violon.

Pattie Santos:percussions,chant.

Hal Wagenet:guitare,chant.

Fred Webb:claviers,chant.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.