Linn County.

BIOGRAPHIE.

 

LINN COUNTY/Cedar Rapids (Iowa – USA)

 

Linn county 4

 

Actif entre 1966 et 1970,de 1974 à 1977.

Label:Mercury Records.

Genre:rock psychédélique,blues-rock,hard rock,acid rock.

 

Du Midwest à la Baie.

Comme son nom l'indique sans la moindre ambiguité, Linn County, formation de rock psychédélique et de blues-rock, est originaire du comté de Linn dans l'Iowa.

C'est à Cedar Rapids, sur les bords de la rivière Cedar, qu'elle prend racine dans la seconde moitié des 60's, mais c'est sur la scène de la Baie de San Francisco que la mouture initiale va faire l'essentiel de sa carrière, jusqu'au début des 70's, période à laquelle le groupe se sépare.

Quand il renaît de ses cendres en 1974, il se produit surtout dans sa région d'origine et dans le Midwest où il jouit alors d'une grande popularité. Linn County, dans sa seconde incarnation, est dissout 3 ans plus tard (1977).

Linn county 1Linn County : une formation prometteuse...

Linn county stephen miller photo jeff schmatt...initiée par Stephen Miller...

Linn county hall of fame...et intronisée au Iowa Hall Of Fame (2004).

Linn county single let the music begin wine takeUn single en octobre 1969... 

Linn county proud flesh southseer...et 3 LP dont Proud Flesh Southseer (1968).

Intronisé au Iowa Rock and Roll Hall Of Fame.

Malgré une carrière assez courte, ponctuée de 3 albums quand même, Linn County a connu l'honneur, de son temps, de fouler les scènes les plus huppées de Frisco (l'Avalon Ballroom et le Fillmore notamment), de se produire avec les meilleurs artistes du moment (Led Zeppelin, les Animals, Ten Years After, Sly And The Family Stone, Albert King, Ike And Tina Turner, John Lee Hooker, Paul Butterfield, Bo Diddley, Howlin' Wolf, Albert Collins...) et, en 2004, d'être intronisé dans l'Iowa Rock And Roll Hall Of Fame pour l'ensemble de son œuvre.

Dans l'ombre de l'Airplane et du Dead.

L'époque à laquelle Linn County appartient donne le jour à plusieurs scènes musicales éparpillées sur le sol américain (Chicago, Boston, Detroit, Cambridge, Greenwich Village, Nashville...), mais c'est vers la Californie et San Francisco qu'artistes et groupes convergent au milieu des 60's car c'est là, entre Baie et Haight-Ashbury, que s'opère la révolution musicale du moment. Toutes les cartes sont rebattues, les temps changent.

San Francisco devient le vivier de la révolution de la contre-culture des 60's. Il faut en être. Linn County en est, prêt à grandir, à évoluer, à apprendre, à expérimenter, sur ce terreau fertile que les artistes, les hippies, les radios FM underground et les salles de spectacles se partagent.

Dans ce contexte communautaire et créatif, certains des groupes de la place s'en sortent mieux que d'autres et deviennent des stars internationales : le Dead, l'Airplane, Janis Joplin, Country Joe & The Fish, Quicksilver Messenger Service.

D'autres, comme Linn County, se contentent de suivre et, même s'ils ne deviennent pas des célébrités nationales, figurent très honorablement, au point d'être régulièrement invités quand les musiciens de la Baie se réunissent.

Des Prophets à Linn County Blues Band.

Linn County débute sous les traits des Prophets (milieu des 60's), un groupe iowien monté par le regretté claviériste Stephen Miller (passé par Cell Block 7 et les Bopcats), alias Mr Blues, un artiste très influent auprès des jeunes générations de musiciens de la région, ainsi que par Kenny Thompson, guitariste. Ron Lustic (anche, flûte) et le batteur chicagoan Jerry McAndrew l'intègrent au milieu des 60's.

Après le retrait de Kenny Thompson, passé manager, et le départ de Ron Lustic, le groupe récupère Fred Walk (guitare), Bob Miskinen (basse) et Larry Easter (cuivres). Les Prophets deviennent Linn County Blues Band quand la formation déménage, dans un premier temps, sur Chicago. Bob Miskimen est alors remplacé par Dino Long.

De Dunwich à Mercury.

En pratiquant un solide mélange de rock et de R & B, Linn County Blues Band devient le groupe-résident du Mother Blues Club de Wells Street, comme l'ont été avant eux des artistes tels que le Paul Butterfield Blues Band ou Spanky And Our Gang notamment.

Linn County Blues Band est alors une des valeurs sûres du Midwest ce qui lui ouvre des ambitions nouvelles. Par l'entremise de John Cabalka, originaire de Cedar Rapids et cadre pour la division Mercury Records chicagoanne, le groupe signe pour Dunwich Records et entre en studio (Chess Studios) où Mercury les déniche, rachète son contrat et les prend sous son aile.

Le label a pignon sur rue et lui propose un engagement que peu de jeunes musiciens peuvent refuser (50000 dollars) mais lui demande de raccourcir son nom à Linn County pour ne pas être étiqueté groupe de blues. Cabalka devient manager général et Ed Adkins, road-manager. La maison de disques impose à ses poulains de déménager à San Francisco (1968), là où tout se passe.

A San Francisco, tout ne se passe pas comme prévu. Il est difficile pour une formation extérieure d'imprimer sa marque. Si Linn County foule les salles de spectacles les plus huppées de la place san franciscaine(Fillmore, Matrix, Avalon) et s'attire les commentaires les plus élogieux du public et du milieu, il lui est,par contre, difficile de combler le fossé qui le sépare des groupes du crû. En dehors des limites de Frisco, l'accueil qui lui est réservé est tout autre.

3 albums inégaux.

De Los Angeles à Detroit, de New York à Cleveland, de Pittsburgh à Montréal, Linn County est alors considéré comme une des belles attractions du moment. Leurs tournées les confrontent désormais au gratin des musiciens américains.

Un premier LP est publié pour Mercury. Proud Flesh Southseer tombe dans les bacs en septembre 1968 et implique Dino Long à la basse, Fred Walk à la guitare et au sitar, Stephen Miller aux claviers et au chant, Larry Easter à la flûte et au saxophone. McAndrew est encore de ces enregistrements blues-rock psychédélique et du disque suivant, mais il sera remplacé par Clark Pierson.

Linn county tom giblin portrait

« Quand Steve Miller a quitté Linn County pour rejoindre le groupe de rock sudiste Grinderswitch, le poste de claviériste était vacant et j'ai été sollicité pour l'occuper. C'était le premier groupe de blues avec lequel j'ai joué. J'y suis resté près de deux ans et demi. C'était un excellent groupe. » (Tom Giblin)

Certains d'entre eux ont de la personnalité, de l'originalité et affichent de l'ambition (Moon Food, Lower Lemons, l'épique Protect And Serve/Bad Things) mais, dans sa globalité le travail manque de cohérence, ce qui se traduit par de mauvaises ventes à sa publication.

Tout aussi inégal, Fever Shot (1969) qui vaut surtout par sa chanson-titre, un classique des ondes FM underground, et Suspended, deux des 3 des originaux ici présents (avec Too Far Gone).

Fever Shot privilégie les reprises : Girl Can't Help It (Little Richard), Elevator Woman et Ground Hog Blues (Sonny Boy Williamson) et Lonely Avenue (Frederick/Branch), au répertoire de Peter and Gordon et de Ray Charles.

Stephen Miller est encore derrière 4 originaux du troisième LP, Till The Break Of Dawn (1970) : Monkey Man, TV Free, Let The Music Begin et la chanson-titre.

Le reste du disque s'appuie une nouvelle fois sur des reprises dont on relèvera surtout l'excellente adaptation faite de Boogie Chillun de John Lee Hooker. Linn County avait l'habitude d'étirer ce titre au delà de la demi-heure en live.

Dissous en 1970, puis réactivé en 1974.

Clark Pierson apparaît sur cet opus, le dernier du catalogue des Iowiens. Celui-ci rejoint alors Janis Joplin, amenant la dissolution du groupe peu de temps après ; dans le même temps, Stephen Miller se rapproche d'Elvin Bishop.

C'en est fini de Linn County qui, décimé et avec Fred Walk à sa tête, bricole une paire d'années, en Californie, avant d'être dissout en 1973. Miller tentera bien de le réactiver en 1974, mais en 1977, le rideau tombe définitivement sur cette jolie petite formation aux promesses, malheureusement, non tenues (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S/70'S.

LP Studio 2 - 1969

 

Linn county fever shot

 

LINN COUNTY

FEVER SHOT – 1969  3,5/5

 

Publié en 1969.

Produit par John Cabalka,Milan Melvin.

Durée:38:04.

Label:Mercury Records.

Genre:rock psychédélique,blues-rock,acid rock.

 

Dans la tradition de la Baie.

 

Avant d’être Linn County, ce groupe de l’Iowa évolue sous le nom de Linn County Blues Band. Le lien est vite fait avec le Comté de Linn dont il est originaire.

Formé en 1967, ce groupe est l’auteur de trois albums entre 1968 et 1970 : Proud Flesh Soothseer (1968), Fever Shot (1969) et Till The Break Of Dawn (1970).

En déménageant pour San Francisco, le Linn County de Stephen Miller (chanteur et organiste), de Dino Long (bassiste), du guitariste Fred Walk, du batteur Ray Mc Andrew et du saxophoniste (et flûtiste) Larry Easter, s’engage avec Mercury Records dès 1968 pour un contrat conséquent.

Après un très bon premier album, le groupe s’offre des salles fameuses : l’Avalon, le Fillmore West, le Matrix… mais ne perce pas. Il dépose les armes au début des 70's et demeure aujourd’hui encore, très mal connu.

N’ayant jamais eu entre les mains les LP qui ont lancé et clôturé leur carrière, je peux par contre évoquer leur travail intermédiaire : Fever Shot (en écoute intégrale ici) de 69, un classique de blues rock psychédélique comme la scène de Frisco en fut coutumière.

Mélange de blues, de rock, de jazz, avec des notes acides et soul, Fever Shot se caractérise par son orgue embrasé, ses guitares pugnaces, un saxo bien présent, une flûte virevoltante, et une belle voix.

L’offre déroule 7 titres dignes d’une grande attention. Le Girl Can’t Help It qui introduit l’album, le blues Elevator Woman, Too Far Gone, le long et agréable Suspended, le morceau titre, Lonely Avenue, Ground Hog Blues, ça tient vachement la route même si le groupe en question n’est pas une unité majeure dans le concert san franciscain du moment.

Qu’il figure dans l’environnement du Dead explique certaines choses. Vaut un crochet pour peu que le disque soit dispo sur le marché (RAZOR©)

 

1. Girl Can't Help It.

2. Elevator Woman.

3. Too Far Gone.

4. Suspended.

5. Fever Shot.

6. Lonely Avenue.

7. Ground Hog Blues.
 

Stephen Miller:orgue,chant.

Larry Easter:saxophone,flute.

Dino Long:basse.

Ray 'Snake' McAndrew:batterie.

Fred Walk:guitare,sitar.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

×