Mighty Baby.

BIOGRAPHIE.

 

MIGHTY BABY/Kentish Town (Angleterre)

 

Mighty baby 4

 

Actif entre 1968 et 1972.

Label:Parlophone,Head Records,Blue Horizon,Sunbeam Records,Castle Music.

Genre:rock psychédélique,folk-rock.

Site officiel:actionmightybaby.co.uk

 

Le greffon psychédélique de The Action.

Ceux qui ont suivi la filière mod du début des 60's auront tôt fait de retapisser les membres du groupe The Action, excellent groupe de scène, derrière le line-up d'origine de Mighty Baby, fondé en 1968, et pour c'est sur les cendres du premier nommé que le second a échafaudé son projet de prolonger dans le rock.

Petite piqûre de rappel, The Action est originaire du nord-ouest londonien (Kentish Town) et se constitue dès 1963, après avoir fait, dans un premier temps, office de groupe de soutien pour Sandra Barry & The Boyfriends, réduit à Sandra Barry & The Boys. Les Boys en question ont pour nom Reg King (chanteur), Mike Evans (bassiste), Roger Powell (batteur) et Alan « Bam » King (guitariste). Au crédit de cette mouture initiale, un single Really Gonna Shake sur l'étiquette Decca (mars 1964) que l'on doit à Reg King.

Quand Sandra Barry opte pour une carrière solo, le quatuor continue sous The Boys, auteur d'un autre single écrit par le même King, mais qui ne fait pas le buzz. The Boys changent alors leur nom et se projettent sur The Action dès 1965 et alors qu'un second guitariste, Pete Watson, vient compléter le line-up.

Le catalogue de la Motown comme répertoire.

Porté par un chanteur doté d'une belle voix soul (Reg King), son répertoire est essentiellement R & B et consiste à reprendre les standards du catalogue de la Tamla Motown. Ce quintet attire l'attention du 5ème Beatles, le regretté George Martin, qui les attire dans les studios londoniens d'AIR, Associated Independent Recording, studios indépendants cofondés en 1965 par ce dernier avec John Burgess à son départ d'EMI.

Mighty baby the actionThe Action, précurseur de Mighty Baby.

Mighty baby 2Mighty Baby.

Mighty baby 3Mighty Baby dans sa période spirituelle.

Sous la houlette de Martin, The Action devient un groupe populaire sur la scène de Londres et notamment au Marquee où il bat les records d'entrée ; il réalise également une poignée de singles (Parlophone) qui montrent bien l'ancrage de cette formation dans le R & B : Land of 1000 Dances/In My Lonely Room de Martha & The Vandellas, I'll Keep On Holding On des Marveletes/Hey Sha-Lo-Ney, Baby You've Got It/Since I Lost My Baby des Temptations, Never Ever/Twenty Fourth Hour, Shadows and Reflections/Something Has Hit Me, The Harlem Shuffle/Wasn't It You. Un album prévu (Brain) n'est jamais sorti de son temps ; il est aujourd'hui disponible sous Brain/Rolled Gold (1995).

Azoth, puis Mighty Baby.

En 1966, Pete Watson quitte le groupe, tandis que Ian Whiteman (claviers) et Martin Stone (guitariste) le rejoignent ; The Action prend un temps le nom d'Azoth, se déplace sur un terrain psychédélique et folk-rock. Début 1968, Reg King choisit alors de se détacher du groupe et son homonyme Alan reprend le flambeau au chant tandis que Whiteman se positionne comme le pourvoyeur principal en termes d'écriture. Signé par un label mineur en 1969, Head Records, The Action (reformé depuis) se fixe définitivement sous la bannière de Mighty Baby.

La prouesse de Mighty Baby est d'avoir réussi à concilier le meilleur des scènes psychédéliques anglaise et américaine. On peut en juger au travers du premier de ses deux albums, l'éponyme inventif et riche Mighty Baby (1969), mélange de psych, de jazz, de belles harmonies vocales, porté de la meilleure et de la plus originale des manières par un mystique et énigmatique Egyptian Tomb (une énorme pièce sur laquelle le rock psyché british peut légitimement faire le kéké), lequel est le nom par lequel ce LP est également appelé.

Assurément un des plus réussis des disque psychédéliques des 60's, les pilules circulant sous le manteau s'avérant ici très influentes. Un classique méritant de prendre place parmi le top 10 du genre.

Le Dead anglais.

Comparé de son temps à son pendant ricain, le Grateful Dead, Mighty Baby s'avère bien plus qu'un copié-collé de la bande à Garcia ; il affiche sa propre personnalité, fort qu'il est d'un line-up ferré techniquement, collectivement et au niveau du songwriting. Les fans peuvent en juger au travers de la tournée 70 s'engageant à la suite de ce premier album braquant les projecteurs sur leurs auteurs. Même si Mighty Baby le disque ne ne se vend pas bien, Mighty Baby le groupe marque les esprits, comme c'est le cas au Festival de Wight 1970, dont il conclut joliment la première journée. On peut juger de l'énergie, de la cohésion et de toute la quintessence de Mighty Baby en se reportant sur l'excellent Tasting The Life : Live 1971, enregistré au Malvern Winter Gardens en 1970, et publié chez Sunbeam Records en 2010.

Mighty baby thompson 3

« J'ai connu Mighty Baby quand il était encore The Action et que le groupe faisait alors des reprises de la Motown. J'allais le voir au Marquee où il se produisait régulièrement. Quand The Action a évolué en Mighty Baby, il est devenu plus psychédélique et je les ai vus grandir sur le circuit londonien. J'ai fait du travail de sessions avec eux et collaboré sur certains albums comme ceux de Sandy Denny. Je me suis intéressé à eux, j'étais un peu dans le même trip et dans notre période sufi, avec Linda, nous avons convergé vers le même espace musical et spirituel que Habibi Ya, né quand Mighty Baby a splitté après que Martin Stone et Alan King aient pris des directions divergentes. » (Richard Thompson)

Le successeur discographique de Mighty Baby, A Jug Of Love (Blue Horizon/1971), traduit le basculement de ses acteurs dans le soufisme. Linda et Richard Thompson planent au-dessus de ce choix. Cette orientation spirituelle éloigne toutefois le groupe de ses antécédents influencés par les acides et l'amène à plus de réflexion.

La spiritualité pour finir.

A Jug Of Love, plus raffiné, plus apaisé, plus éthéré, plus intense dans le jeu, plus collectif, marque l'aboutissement artistique pour ceux qui sont alors les plus américains des anglais. Album de folk-rock, country-rock nervé de psychédélisme, il regorge de splendides et apaisantes ballades, de lignes de guitares fluides et cristallines, d’harmonies lumineuses. Bien que différent, ce disque s'impose autant que celui auquel il succède.

Un an plus tard (1972), Mighty Baby splitte. Martin Stone s'engage avec Chilli Willi & The Red Hot Peppers et Alan King fonde Ace, tandis que les autres membres insistent dans leur spiritualité en enregistrant sous le nom de The Habibi Ya un LP soufiste et en tournant avec Richard Thompson, converti à la religion musulmane. Le line-up à l'origine de The Action se retrouve pour un concert en 1998 au Ryde Town Hall et livre sa dernière prestation live au Modstock de Modesto (Californie) en 2004. Depuis, le groupe se tâte pour réactiver cette belle formation britannique ; sait-on jamais... (RAZOR©)

DISCOGRAPHIE 60'S/70'S.

LP Studio 1 - 1969

 

Mighty baby lp

 

MIGHTY BABY

MIGHTY BABY – 1969 5/5

 

Publié en 1969.

Produit par Mighty Baby,Guy Stevens.

Durée:42:10.

Label:Head Records.

Genre:rock psychédélique,folk-rock.

 

Le psychédélisme sauce british.

 

Mighty Baby a deux albums à son actif, deux albums de grande qualité, bien que totalement différents. Mighty Baby de 1969 est le premier par ordre d’apparition à l’écran. Si son successeur vinylique colle plus à la voie spirituelle soufiste nouvellement empruntée, Mighty Baby traduit le meilleur du rock psychédélique à l'anglaise, son crédo du moment. Il fait aussi la démonstration que le groupe sait utiliser à bon escient les pilules circulant sous le manteau. Certains titres sont même carrément époustouflants.

Mighty Baby est fondé sur les cendres de The Action, très respecté chez les mods anglais, plus ancré dans le R & B et la Motown. En devenant Mighty Baby, il prend un virage psychédélique pour le moins réussi même s'il reste largement sous-estimé encore aujourd'hui.

Alan King (guitare), Michael Evans (basse) et Roger Powell (batterie), les piliers d’origine récupèrent au passage le claviériste Ian Whiteman et Martin Stone, ex-guitariste de Savoy Brown. Techniquement et sur le plan instrumental, rien à dire, c’est parfait, le groupe a du vécu, il a déroulé du câble depuis ses débuts, beaucoup travaillé surtout, et appris à jouer dans la plus grande cohésion.

Souvent comparée au Dead de son temps, la formation british affiche suffisamment de personnalité pour se démarquer d’un étiquetage un peu gênant et lourd à assumer. Mighty Baby est, en quelque sorte, un mix des deux scènes psychédéliques efficientes, la ricaine et l’anglaise.

Sur un plan plus individuel, l’imaginatif et pugnace Martin Stone à la guitare, c’est un indéniable bonus et son interaction avec Alan King, l’autre guitariste, est une gâterie. Mais toute la section ici présente mérite les bravos. C’est propre et professionnel, sous contrôle total.

Côté disque, les belles lignes de guitare se succèdent, les harmonies sont d’une grande fluidité, le rythme est solide, la sensibilité psychédélique bien marquée. Tout est donc ici réuni pour passer un excellent moment.

A commencer par le superbe et puissant Egyptian Tomb, certainement une des meilleures pièces acid-rock que l’Angleterre peut fanfaronner à exhiber. Le haut niveau affecte également Trials Of A City, I’ve Been Down So Long, House Without Windows, A Friend You Know But Never See, Same Way from The Sun et le mystique At A Point Between Fate And Destiny qui boucle l’acétate d’origine qui compte 8 titres.

Depuis les rééditions l'ont agrémenté de bonus, des démos de l’apogée de The action (figurant sur un EP du nom de Action Speaks Louder Than/1968) ; elles apportent un plus à un disque excellent mais qui s'est pourtant très mal vendu. Le rendu est révélateur de ce que les rosbeefs pouvaient opposer aux ricains en termes d’acid-rock (RAZOR©).

 

1. Egyptian Tomb

2. A Friend You Know But Never See.

3. I've Been Down So Long.

4. Same Way From The Sun.

5. House With No Windows.

6. Trials Of A City.

7. I'm From The Country.

8. At A Point Between Fate And Destiny.

 

Alan King:guitare,chant.

Martin Stone:lead guitare,slide guitare.

Ian Whiteman:claviers,saxophone,flûte,percussion,chant.

Michael Evans:basse.

Roger Powell:batterie.

LP Studio 2 - 1971

 

Mighty baby a jug of love

 

MIGHTY BABY

A JUG OF LOVE – 1971 5/5

 

Publié en 1971.

Produit par Mighty Baby, Mike Vernon.

Durée:43:32.

Label:Blue Horizon.

Genre:rock,rock psychédélique.

 

Les plus américains des anglais.

 

Mighty Baby vogue initialement dans les eaux mod sous pavillon The Action, groupe (et plus particulièrement son batteur) qui a suscité la vocation de Phil Collins et que George Martin des Beatles surveille alors comme le lait sur le feu.

Puis il devient Azoth avant d’évoluer dans des sphères psychédéliques, délaissant au passage le style propret Carnaby que Coluche qualifiait de « propre sur lui, moustachu, charcutier, tronche de premier de la classe, rillettes sous les bras », pour un look vestimentaire patchoulisé, plus débraillé, sur lequel viennent se greffer des visages pileux et hirsutes.

Mighty Baby, pour ceux qui connaissent ou ont connu et s’en souviennent encore, tient du Dead auquel il est régulièrement comparé mais a aussi du des Byrds voire du Spirit, dans la cale. Autant d'influences que Mighty Baby n’a jamais reniées.

Le premier album éponyme de 1969 est déjà très costaud et se positionne comme un incontournable du psychédélisme, non seulement du psychédélisme british, mais du psychédélisme tout court.

Des textes surréalistes et occultes, un son fluide, un judicieux mélange d’influences permettent aux successeurs de The Action d'avoir un accueil très favorable auprès de la critique élogieuse pour ce très bon travail.

A Jug Of Love (en écoute intégrale ici), publié deux ans après, prend une direction complètement différente du fait de l’implication récente des membres dans une spiritualité soufiste et couronne en quelque sorte tout ce que Mighty Baby a emmagasiné à ce stade de sa carrière. Plus raffiné, plus apaisé, plus éthéré, plus intense dans le jeu, plus collectif, il constitue un aboutissement pour les plus américains des anglais du moment.

Album de folk/rock, country-rock nervé de psychédélisme, il regorge de splendides et apaisantes ballades, de lignes de guitares fluides et cristallines (Martin Stone), d’harmonies lumineuses. Mighty Baby use de toute son expérience, de sa superbe technique et de son habitude à en découdre collectivement depuis un moment déjà, pour laisser couler sa musique sur un tempo agréablement moelleux.

La chanson titre (ode à la fraternité), placée en ouverture, donne le ton de la décontraction et de la mélancolie ambiantes, engageant dans son sillage une ritournelle de cinq belles plages, à l’image notamment du gai The Happiest Man In The Carnival (bel apport de flûte et harmonies à la CSNY) et de Virgin Spring (subtile guitare acoustique et savoureuses harmonies), étirées respectivement, sans que l’on ait à s’en plaindre à plus de 7 et 9 minutes.

Keep On Jugging ressemble à du Dead d’American Beauty, Tasting The Life (de beaux riffs à l’appui) rameute les troupes autour de Stone qui joue les Jerry Garcia de service.

Les Alan King (guitare rythmique et chant), Martin Stone (guitare et mandoline), Ian Whiteman (claviers, sax et flûte), Mike Evans (basse) et Roger Powell maîtrisent parfaitement leur technique instrumentale tout en faisant montre d'une grande cohésion collective. Les deux LP de Mighty Baby s’imposent sans discuter (RAZOR©).

 

1. Jug Of Love.

2. The Happiest Man In The Carnival.

3. Keep On Jugging.

4. Virgin Spring.

5. Tasting The Life.

6. Slipstreams.

 

Alan "Bam" King:guitare acoustique,guitare électrique,guitare rythmique,chant.

Martin Stone:guitare acoustique,guitare électrique,mandoline.

Ian Whiteman:piano,harmonium,orgue électrique,saxophone,flûte,chant.

Mike "Ace" Evans:basse électrique.

Roger Powell:batterie,congas.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.