The Deviants.

BIOGRAPHIE.

 

THE DEVIANTS/Londres (Angeleterre)

 

Deviants 2

 

Actif entre 1967 et 1969.

Label:Sire.

Genre:rock psychédélique.

 

La révolution en mode Mick Farren.

« Mon sentiment est que, d'une part le sexe, mais aussi la colère et la violence, font partie intégrante du rock 'n' roll. Un concert de rock peut fonctionner comme une alternative à la violence, une sortie pour la violence. Au milieu des 60's, beaucoup de choses nous ont révoltés. Nous étions indignés. Aux Etats - Unis, les jeunes ont été envoyés au Vietnam et il n'y avait rien que nous puissions faire pour changer la façon les décisions du gouvernement. Fumer du cannabis ou de la marijuana, prendre du LSD et  faire toutes les conneries pour être jetés en prison, étaient notre propre façon d'exprimer cette colère. Nous voulions le changement et étions persuadés qu'en troquant la guitare contre l'arme à feu, cela entraînerait ce changement... »

Deviants 1

Deviants mick farren

Ainsi s'exprimait Mick Farren, décédé sur la scène du Borderline Club de Londres, en juillet 2013 à l'âge de 69 ans.

Victime d'un problème cardiaque, le leader des Deviants est mort au milieu des siens, même si la dernière mouture l'ayant accompagné jusque dans ses derniers instants est une version reformée ; il est tombé comme il l'a toujours souhaité, faisant fi des recommandations médicales lui intimant de lever le pied.

Très professionnel, humble et homme de grand cœur, cet ancien journaliste et écrivain jusqu'à son dernier souffle, est un acteur incontournable, voire un des pionniers, du mouvement underground de contre-culture né au Royaume-Uni, du côté de Ladbrocke Grove et dont le programme socio-politique révolutionnaire constitue à créer une société alternative.

3 disques oubliables.

Mick Farren crée ses Deviants en 1967, après l'avoir d'abord appelé Social Deviants (1966).

La musique qu'il pratique, provocatrice, subversive, agressive et sous amphés, le son qu'il crache, façon Fugs, Monks, Mothers of Invention ou MC5, influencent des formations du moment comme Hawkind ou Pink Fairies vers lequel certains membres vont migrer, mais surtout portent en eux les ébauches de la dissidence punk de prochaine décennie.

Ses Deviants sont tous de beaux beatnicks alimentés aux médocs : outre Farren le déjanté, la formation londonienne compte le batteur Russell Hunter, Pete Munro, bassiste et Clive Muldoon, guitariste, tous deux vite relayés par Cord Rees et Sid Bishop. 3 albums sont à porter au crédit des Deviants : Ptooff ! (1967), Disposable (1968) et The Deviants 3 (1969), très inégaux.

Deviants mick farren 2

« Notre musique est délirante, psychédélique et amphétaminée et si vous vous ne l'aimez pas, vous pouvez aller vous faire foutre et écouter vos albums d'Iron Butterfly. » (Mick Farren)

Opposés au système, les Deviants passent par un biais financier privé (Nigel Samuel, fils d'un millionnaire) pour sortir Ptooff !, les 8000 pièces de l'album circulant essentiellement sous le manteau ou par les réseaux de presse underground que Farren connaît parfaitement. Publié officiellement pour Decca (1967) par la suite, Ptooff, mélange de sauvagerie, de crasse, de délire, pas toujours un modèle de cohérence, fait grincer des dents. L'affaire est encore légère, bien que Ptooff soit considéré comme une étape importante du rock psychédélique anglais.

La suite s'appelle Pink Fairies.

Disposable, deuxième LP, n'est finalement pas beaucoup mieux musicalement ; il sert toujours autant d'exutoire pour mettre à mal la société du moment. Techniquement, The Deviants est encore très hésitant et en est toujours à tâtonner, mais n'a pas vraiment les moyens de ses ambitions, d'autant qu'en cassant les codes musicaux, il complexifie sa musique.

The Deviants 3 (1969) se fait pour Transatlantic. Bien que meilleur que son précédent, il reste encore trop inégal pour craquer totalement pour ce disque et ses auteurs qui prendront un tout autre volume en rebondissant du côté des Pink Fairies (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 1 - 1967

 

The deviants ptoof

 

THE DEVIANTS

PTOOFF ! - 1967  3/5

 

Publié en 1967.

Produit par Jonathan Weber.

Durée:36:18.

Label:Underground Impresarios.

Genre:rock psychédélique,rock garage,protopunk.

 

Déjanté et subversif.

 

Formés en 1966 sous l’appellation de Social Deviants, les Deviants du chanteur, écrivain underground et journaliste Mick Farren (devenu vénérable critique rock), sont de purs produits de l’Old Albion.

Précurseurs du punk british, ces beatniks alimentés aux médocs (Farren le déjanté, le bassiste Pete Munro, le guitariste Clive Muldoon, remplacés rapidement et respectivement par Cord Rees et Sid Bishop, ainsi que le batteur Russell Hunter), vus comme le pendant britannique des Fugs, fans de Zappa et de ses Mothers, inspirés par les Yardbirds et les Pretty Things, publient trois albums caractéristiques de l’underground à l’anglaise, entre 1967 et 1969 : Ptooff !, Disposable et The Deviants 3.

Ptooff (en écoute intégrale ici) est le premier de cette trilogie. Financé par le fils d’un millionnaire, ami de Farren, ce premier jet, initialement disponible uniquement par les réseaux de presse underground (8000 copies), avant de l’être officiellement chez Decca Records, sort en 1967, alors que le Flower Power bat son plein.

S’il est passé quasiment sous silence à sa publication, malgré son intérêt, les rééditions nous confrontent à un très bon album de rock garage des 60's mais que le temps a, malheureusement et depuis, aseptisé : attestent de cette furie garare psyché l'effrayant I’m Coming Home ou encore le blues-rock Charlie.

Apte à manier la ballade acoustique (Child Of The Sky et l’instrumental Bun), The Deviants nous amènent à constater leurs aptitudes dans la veine folk psychédélique. Ajoutez à cela, Garbage, R’N’B’ crasseux au possible, le tribal Nothing Man (l’idée est bonne), le plaintif folk hippie Child Of The Sky, le délirant et expérimental Deviation Street final de 9 minutes et vous aurez un album qui, de par son mélange de sauvagerie, de propos sociaux acerbes, de punk psyché et d’acoustique, s'il ne fait pas toujours dans la cohérence et fait souvent grincer des dents, n'en affiche pas moins de belles dispositions.

Après coup, le constat qui s'impose est que, n’est pas Zappa qui veut. Les Deviants de Ptooff sont encore un peu légers pour le type de choses qu'ils veulent développer. Ce peut être parfois exaltant, certes, mais c’est, hélas, le plus souvent un peu trop déjanté. Ils avaient vraisemblablement une dizaine d’années d’avance… (RAZOR©)

 

1. Opening.

2. I'm Coming Home.

3. Child of the Sky.

4. Charlie.

5. Nothing Man.

6. Garbage.

7. Bun.

8. Deviation Street.

 

Mick Farren:chant,piano.

Sid Bishop:guitare,sitar.

Cord Rees:basse,guitare espagnole.

Russell Hunter:batterie,choeurs.

Duncan Sanderson,Stephen Sparkes & Ashworth:choeurs.

LP Studio 2 - 1968

 

The deviants disposable

 

THE DEVIANTS

DISPOSABLE – 1968  2,5/5

 

Publié en 1968.

Produit par Mick Farren,Stephen Sparkes.

Durée:42:52.

Label:Stable.

Genre:garage rock,rock psychédélique,protopunk.

 

Dispensable.

 

Il y a deux manières de rhabiller pour l'hiver la société du moment. En mode cool Raoul, façon hippie, à coups de Peace & Love ou d'une façon plus radicale, plus rageuse et subversive, alimentée principalement par les prises d'amphés et de speed. Les Deviants ont fait le choix de la deuxième filière et leur opération rebelle a déjà engendré un précédent Ptooff !, premier LP plutôt moyen, né sous la coiffe hirsute du déjanté Mick Farren.

Punks avant l’heure, ils remettent le couvert avec Disposable (en écoute intégrale ici). Toujours animée du désir de brandir l’étendard de la révolution, la bande à Farren n’a pas, musicalement parlant, les moyens de ses ambitions. Même si l’album est à peine plus cohérent que le précédent, il peine à trouver ses marques et est vite étouffé dans l’œuf.

Le long Somewhere To Go, titre d’ouverture, est brillant (une belle guitare de Bishop). La suite, articulée autour de pistes courtes, a du mal à accrocher, les Jamie’s Song, You’ve Got To Hold On, Nomality Jam, Fire In The City ou le légendaire Let’s Loot The Supermarket étant les seuls à capter un tantinet l'attention.

Disposable est à l'image de beaucoup de groupes et d'albums anarchistes (dans tous les sens du terme) de l'époque : dignes de peu d'intérêt. On peut donc s’en passer sans problème (RAZOR©).

 

1. Somewhere to Go.

2. Sparrows and Wires.

3. Jamies Song.

4. You've Got to Hold On.

5. Fire in the City.

6. Let's Loot the Supermarket.

7. Pappa-Oo-Mao-Mao.

8. Slum Lord.

9. Blind Joe McTurks Last Session.

10. Normality Jam.

11. Guaranteed to Bleed.

12. Sidney B Goode.

13. Last Man.

 

Mick Farren:chant.

Sid Bishop:guitare.

Duncan Sanderson:basse.

Russell Hunter:batterie.

LP Studio 3 - 1969

 

The deviants 3

 

THE DEVIANTS

THE DEVIANTS 3 – 1969  2,5/5

 

Publié en septembre 1969.

Produit par Mick Farren.

Durée:34:25.

Label:Transatlantic.

Genre:garage rock.

 

La fin d’une époque.

 

Cet album de 1969 chez Transatlantic referme la trilogie Deviants. La période des transferts étant ouverte, les ¾ de cette formation vont alimenter les Pink Fairies (voir mes chroniques), formation autrement plus aboutie.

Décevant, ce troisième volet, qui réunit autour de Mick Farren, chanteur, Russell Hunter (batteur), Duncan Sanderson (bassiste) et le petit nouveau, le canadien Paul Rudolph (guitare), est célèbre pour sa pochette sur laquelle s’affiche une religieuse suçant une glace multicolore en forme de phallus et qui, une fois dépliée (la pochette, pas la glace), révèle un enfant faisant de même à ses pieds.

Ouvert sur un titre qui a tout du leurre, le très bon Billy The Monster, ce Deviants 3 ne vaut que par intermittence : l’instrumental Broken Biscuits, First Line, People Suite et l’épileptico-bordélique acid rock qu’est Metamorphosis Explosion (9 minutes). Le reste s’oublie vite.

Cet album marque la fin d’un groupe échappant aux stéréotypes du rock britannique d’alors. Leur premier opus, Ptooff !, aura finalement été leur véritable fait d’armes, Et encore (RAZOR©).

 

1. Billy the Monster.

2. Broken Biscuits.

3. First Line (Seven The Row).

4. The People Suite.

5. Rambling B(l)ack Transit Blues.

6. Death of a Dream Machine.

7. Playtime.

8. Black George Does It With His Tongue.

9. The Junior Narco Rangers.

10. Lets Drink To the People.

11. Metamorphis Explosion.

 

Mick Farren:chant.

Paul Rudolph:guitare,chant.

Duncan Sanderson:basse,choeurs.

Russell Hunter:percussion,chant.

Tony Ferguson:orgue.

Tony Wiggens:chant sur 3.

David Goodman,Jenny Ashworth:choeurs.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.