The Rhythm Dukes.

BIOGRAPHIE.

 

THE RHYTHM DUKES/Santa Cruz (Californie – USA)

 

Rhythm dukes intro

 

Actif entre 1969 et 1971.

Labels:Not On Label Records.

Genre:rock,funk,soul,blues,blues-rock,rock psychédélique,west coast.

 

Une histoire confondue avec Moby Grape.

Dans le rock, les rivalités personnelles conduisent parfois à des divergences artistiques dont la portée peut s'avérer dramatique quand les drogues s'invitent au débat.

Moby Grape l'a appris à ses dépens quand Skip Spence, son tumultueux mais génial membre, ancien guitariste de Quicksilver Messenger Service et batteur de Jefferson Airplane, se rend coupable de faits violents qui auraient pu avoir des conséquences tragiques.

Rhythm dukes 1The Rhythm Dukes, super-groupe de la Baie?

Rhythm dukes 1 2Une histoire confondue avec Moby Grape.

Rhythm dukes bill champlinBill Champlin.

Rhythm dukes flashback 70 2005Flashback (1970),publi en 2005.

L'homme souffre de schizophrénie et fait des séjours réguliers en milieu psychiatrique mais ne crache pas pour autant sur le LSD. Une nuit, gavé d'acide par une groupie se revendiquant de Satan, il est victime d'hallucinations qui se prolongent trois jours, durant lesquels il se prend pour l'Antéchrist.

Son bad trip l'amène à accumuler les dérapages incontrôlés. Il défonce notamment un studio à coup de hache, puis en fait de même avec l'hôtel dans lequel loge le groupe.

Il s'en prend notamment aux portes de Don Stevenson et de Jerry Miller que Spence lacère avec une violence inouïe. Ces derniers, ses cibles privilégiées dans un collectif où chacun tire la couverture à soi, échappent miraculeusement à une agression qui aurait pu se solder par la mort des deux partenaires de Skip. Sous l'influence des psychotropes, il avait, semble-t-il, cette triste intention en tête...

Rhythm Dukes et Glen Canyon pour souffler.

Jerry Miller et Don Stevenson, au terme de cette aventure mouvementée au sein d'un groupe tellement bon qu'il se permettait tout, rebondissent dans un collectif plus apaisant.

Ils s'installent dans un environnement tout aussi relaxant, Glen Canyon (sur la route de San Jose à Santa Cruz), sculpté au rythme des circonvolutions du fleuve Colorado. L'été 1969 tire sa révérence quand Miller et Stevenson, après avoir pris part à un ultime Truly Fine Citizen pour Moby Grape, fomentent l'idée de passer à autre chose, d'autant que le label Columbia se montre de moins en moins solidaire avec ses protégés.

Leur avenir devenant aléatoire, ceux qui sont les co-auteurs de trois des titres les plus populaires de Moby Grape (Hey Grandma, 8:05 et Murder In My Heart For The Judge) fondent leur propre unité et persuadent le bassiste John Barrett et le batteur John « Fuzzy » Oxendine de constituer la rythmique de ce nouveau projet, identifié sous The Rhythm Dukes.

L'intermède Bill Champlin.

John Oxendine et John Barrett sont alors issus du trio The Boogie, constitué avec Barry Bastian, préalablement nommé The California Memorial Band.

Très rapidement, Don Stevenson quitte ses partenaires au motif supposé qu'il préfère jouer de la batterie plutôt que de la guitare, amenant les Rhythm Dukes à évoluer un temps en trio. A la même époque, alors que l'avenir des Sons Of Champlin (devenus les Sons) s'avère incertain et conduit une pause (mars 1970), Bill Champlin s'invite furtivement dans l'effectif au chant, à la guitare et à l'orgue (1969/1970), avant de regagner ses pénates (automne 1970) sur l'insistance de Capitol Records, auquel il doit encore un LP.

Un arriéré d'impôts à régulariser coûte que coûte motive ce retour à la case départ de Champlin.

Essentiellement groupe live, le groupe se produit surtout dans la région de San Francisco. Populaire, il est vu comme une des meilleures formations de la côte ouest de l'année 1970.

Flashback, une curiosité.

Malheureusement, Jerry Miller, sa force motrice, ne peut y accorder toute son attention et son temps, toujours lié par des obligations contractuelles avec Columbia.

Rhythm dukes don stevenson 1

« Les années 60 sont devenues une histoire que ceux qui les ont vécues comme moi aiment remettre sur le devant de la scène régulièrement. Je suis content d'avoir été là, mais je ne vis pas dans le passé. La musique n'a pas du tout changé, il y a de la bonne musique et de la mauvaise musique. Aujourd’hui, je vis très bien, j'ai toute la santé, l'argent et le bonheur dont j'ai besoin ; je vis au Canada mais je reste un Américain. » (Don Stevenson)


 

Cette entrave influe parallèlement sur l'activité des Rhythm Dukes, contraints d'annuler d'importants concerts qui auraient pu l'aider à grandir. Malgré cela, le groupe partage les podiums avec Albert Collins, le Flying Burrito Brothers, le Dead, Canned Heat ou Lee Michaels.

Ce line-up (Champlin, Miller, Barrett et Oxendine) se retrouve sur un album, Flashback, inédit à son époque (1970) jusqu'à ce qu'il n'apparaisse au catalogue en 2005.

Enregistré le 16 avril 1972 à l'église San Anselmo (Marin County), Flashback traduit l'influence du passé artistique de leurs membres : Moby Grape et The Sons Of Champlin.

Les contributions de Champlin, auteur de 6 des 10 titres de l'album, pèsent plus fortement dans ce répertoire qui a davantage valeur de curiosité pour les fans des deux clans évoqués ci-dessus que de disque indispensable.

Certains d'entre eux, comme Hey Children, For Joy et I'd Like To Get To Know You, sont par ailleurs respectivement repris sur les albums Follow Your Heart (1971), Welcome To The Dance (1973) et The Sons Of Champlin (1975).

Le premier super groupe de l'Area Bay.

La réactivation des Sons Of Champlin occasionne le départ de Bill Champlin, tandis que les Dukes accueillent le guitariste de Frisco Russell Dahneke et Ned Torney, ancien de Chocolate Watchband.

Pas pour longtemps, car le sort des Rhythm Dukes, peut-être le premier super groupe de l'Area Bay au regard de ses légendaires musiciens, est définitivement scellé quand Miller répond favorablement aux sirènes de Moby Grape (1971).

A la tête du line-up d'origine, celui-ci repique au truc, aidé en cela par la ténacité de David Rubinson (producteur) et signe un 5ème album, 20 Granite Creek (septembre 71).

Moby Grape n'a alors jamais été aussi grand et l'intermède Rhythm Dukes n'est pas étranger à ce rebond. Si l'histoire entre les deux moutures a souvent été confondue, à l'heure des bilans, c'est tout le rock qui en bénéficie (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP live unique - 1970 (2005)

 

Rhythm dukes flashback 70 2006

 

THE RHYTHM DUKES

FLASHBACK – 1970 (2005)  3,5/5

 

Publié en 2005.

Enregistré en avril 1970.

Durée:77:43.

Label:Not On Label Records.

Genre:rock,funk,soul,blues.

 

Dans les pas des Sons Of Champlin.

 

Deux ans. Ce groupe aura duré deux années, entre 1969 et 1971 et s'est constitué sur les cendres de Moby Grape (Jerry Miller et Don Stevenson), alors séparés, et des Sons Of Champlin que Bill Champlin délaisse furtivement pour s'accorder une pause.

Miller et Stevenson recrutent le bassiste John Barrett et le batteur John « Fuzzy » Oxendine pour constituer la rythmique de ce nouveau projet, identifié sous The Rhythm Dukes, un groupe qui se veut essentiellement live.

Le trio emmené par Jerry Miller, après que Don Stevenson n'ait pas daigné continué plus loin l'aventure au motif de préférer la batterie à la guitare, reçoit le renfort de Champlin pour ce qui constitue alors un des premiers super-groupes de la baie de San Francisco.

Le quatuor se retrouve dans l'église de San Anselmo pour traduire sur acétate tout le potentiel et le talent qu'on lui prête alors. Flashback est le fruit de cette réunion.

Hélas, les enregistrements en question ne verront pas le jour jusqu'en 2005, quand le label Not On Label les publie sur un support moderne, le CD.

Ce qui saute aux yeux à l'écoute de Flashback, c'est la grande influence qu'a eu Bill Champlin dans ce lot. Auteur de 6 des 10 titres du LP (Jerry Miller contribue sur trois autres chansons), sa patte pèse fortement ici.

Certains d'entre eux, comme Hey Children, For Joy et I'd Like To Get To Know You, sont, par ailleurs, respectivement repris sur les albums Follow Your Heart (1971), Welcome To The Dance (1973) et The Sons Of Champlin (1975).

Enregistré le 16 avril 1972 à l'église San Anselmo (Marin County), Flashback a plus valeur de curiosité (historique) que d'acquisition incontournable. Les Dukes ont été très populaires sur la côte ouest en 1970, année durant laquelle on leur accorde le statut (officieux) de meilleure formation rock de l'Area Bay.

Cet arguent m'a plus particulièrement sensibilisé et je dois admettre que je n'ai pas été déçu, pas plus qu'impressionné. On est dans les pas de Sons Of Champlin. Du bon Sons Of Champlin s'entend (RAZOR©2021).

 

1. Love Your Daddy All Night.

2. Hey Children.

3. Children (Part II).

4. She's A Woman.

5. Perfect.

6. Kansas City.

7. I Don't Know If I Was Right.

8. I'D Like To Get To Know You.

9. For Joy.

10. Seven Four.

 

Bill Champlin:chant,guitare,claviers.

Jerry Miller:guitare,chœurs.

John Barrett:basse,chœurs.

John Fuzzy Oxendine:batterie.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires