Brinsley Schwarz.

BIOGRAPHIE.

 

BRINSLEY SCHWARZ/Woodbridge (Angleterre)

 

Brinsley schwarz 3

 

Actif entre 1969 et 1975.

Labels:Capitol,United Artists.

Genre:rock,pub rock,country-rock.

 

Une aventure si mal engagée.

Plombés d'entrée de jeu par un manager aux yeux plus gros que le ventre, les anglais de Brinsley Schwarz ne se sont jamais véritablement remis de l'ardoise engagée par Dave Robinson pour promouvoir les débuts américains du groupe de Tunbridges Wells et de la mauvaise publicité faite autour de ce que l'on appelle encore le Brinsley Schwarz Hype. Ses projets ambitieux ont malheureusement viré au fiasco total, la faute à pas de bol plus qu'à Robinson.

L'idée d'affrêter un avion spécial pour la presse rock britannique et les gagnants du concours organisé par le Melody Maker, de les convier à la première de Brinsley Schwarz sur le sol américain avait du bon, d'autant que la formation anglaise est programmée les 3 et 4 avril 1970, en ouverture de Van Morrison et du Quicksilver Messenger Service, qui plus est au Fillmore East new yorkais.

Le Brinsley Schwarz Hype.

L'affiche est belle, l'occasion rêvée de lancer les poulains ; dans cette optique, le groupe prévoit de précéder ses supporters de quelques jours afin de pouvoir répéter sur place. Des problèmes de visas changent leurs plans ; ils atterrissent au Canada au lieu de New York et de là, sont contraints de rejoindre Big Apple avec un autre avion, de louer une maison. Bref, c'est la cata. Leur arrivée perturbée, les musiciens débarquent sur scène sans avoir pu réellement tester le matériel destiné au concert. Ils n'en connaissent rien ou pas grand chose et font avec les moyens du bord.

Brinsley schwarz kippington lodge 2Fondé sur les cendres de Kippington Lodge.

Brinsley schwarz 2Une honorable carrière malgré ses déboires.

Brinsley schwarz 1Du rock de pubs, pas du pub rock.

Brinsley schwarz sister pistolAvec Silver Pistol (72), le groupe redore son blason.

Brinsley schwarz nick loweNick Löwe, brillant sogwriter.

Brinsley schwarz portrait 2Brinsley Schwarz.

Les invités programmés pour les rejoindre au concert accusent également du retard ; leur vol ayant été reporté de plusieurs heures, ils profitent de leur temps d'attente pour s'encanailler. Ils arrivent au Fillmore alcoolisés et sous euphorisants.

Sur scène, le spectacle de leurs idoles n'est pas le meilleur de leur carrière. La prestation est descendue en flèche par la critique dans les semaines qui suivent.

Elle ne se prive pas pour jeter le bébé avec l'eau du bain, l'album éponyme, pâle copie de CSN & Y et de Buffalo Springfield sortie à la même époque (17 avril 1970), n'étant pas épargné. Brinsley Schwarz devient la risée du rock en Angleterre ; la suite sera autre.

Du rock de pubs, pas du pub rock.

Malgré ces problèmes qui en auraient couché plus d'un, Brinsley Schwarz, par ailleurs excellent petit combo, persiste et signe une honorable carrière dans le pub rock (mais pas dans le sens où on l'entend généralement), ponctuée de 6 albums plutôt intéressants.

Celle-ci prend fin en 1975, après 5 ans d'une activité globalement bien considérée. Le groupe se dissout après avoir connu une fin de parcours confuse, l'amenant à changer plusieurs fois de noms (The Hitters, The Knees, Limelight, The Brinsleys).

Sur les cendres de Kippington Lodge.

Le groupe Brinsley Schwarz est né sur les cendres de Kippington Lodge, une formation du Suffolk dont Nick Lowe, fils d'un officier de la RAF, et Brinsley Schwarz sont les dénominateurs communs. Les deux ont ciré les mêmes bancs de l'école de privée de Woodbridge.

Internes, les camarades se réunissent une première fois autour du groupe Sounds 4 + 1. Barry Landeman fait le troisième. Le trio se complète de quelques autres potes et évolue surtout dans le cadre d'animations scolaires (1964).

Contraint de quitter l'école, Nick Lowe s'éloigne de Schwarz, d'autant que ce dernier, pour ses études, se rapproche de Tunbridge Wells où il réside.

Cette séparation scelle la fin de Sounds 4+1. De son côté, le guitariste Schwarz repart avec un nouveau groupe, Three's A Crowd, réunissant le batteur Peter Whale et le batteur Dave Cottam.

En 1965, Lowe rejoint son ami Schwarz dans le Kent ; deux ans plus tard, le groupe est renommé dans une identité plus adaptée au pop-rock/folk-rock psychédélique qu'il pratique : Kippington Lodge.

Nick Lowe, en remplacement de Dave Cottam, l'intègre alors, ainsi que Barry Landeman rappelé par Brinsley Schwarz (1967). Un EP et quelques singles sont enregistrés dans cette configuration, mais quand Landeman prend la direction de Vanity Fair et que Bob Andrews rejoint le line-up restant, Kippington Lodge devient, à l'unanimité des voix, Brinsley Schwarz.

Quand Robinson se rachète.

Fin 1969, le quatuor constitué de Nick Lowe (basse, guitare, chant), Brinsley Schwarz (guitare,chant), Bob Andrews (claviers) et de Billy Rankin (batteur), en lieu et place de Peter Whale, débute sous cette nouvelle identité.

Dès lors, le groupe s'oriente vers la country-rock et le blues-rock ; il décroche un contrat avec United Artists et, après ses débuts ratés pour les raisons évoquées par ailleurs, revient à des ambitions plus sages en faisant le choix de tourner le dos aux circuits des stades classiques pour se retrancher vers des clubs plus modestes.

Fin négociateur, Dave Robinson offre l'occasion à Brinsley Schwarz de se relancer en décrochant quelques contrats auprès de propriétaires de pubs et tavernes londoniennes.

Avec un répertoire très éclectique, le groupe aux harmonies vocales à la CSN & Y sort la tête de l'eau et redore son blason. Cette expérience lui vaut de faussement pointer dans la catégorie pub rock avec laquelle il a peu de choses en commun.

Si le premier LP, l'éponyme Brinsley Schwarz, fait effectivement rire sous cape quant à leur tentative maladroite de faire du CSN & Y, force est d'admettre que son suivant a plus de gueule.

La référence Silver Pistol.

Sorti à la fin de l'année 70, Despite It All recrédibilise les anglais. Désormais on sait où se trouvent les idoles de ces musiciens : de l'autre côté de l'Atlantique, et ils se nomment Byrds, Flying Burritos. Ca ne fait plus l'ombre d'un doute.

Publié en février 1972, Silver Pistol, meilleur LP du groupe avec son suivant, bénéficie de l'entrée de Ian Gomm comme guitariste rythmique. Nommé meilleur de l'année 71 à ce poste par le magazine britannique New Musical Express, son apport dote la country-rock de Brinsley Schwarz d'un plus indéniable.

Gomm assure, par ailleurs, quelques titres solides (4), le reste de l'écriture étant toujours le fait du délicieux Nick Lowe. Par ce disque, Brinsley Schwarz peut marcher la tête haute et ne plus raser les murs comme il y a deux ans encore.

Brinsley schwarz portrait

« Nous sommes restés 5 ans sur le circuit et notre travail a été quasi constant. Nous avons signé 6 LP dont l'un n'a pas été publié. Vers la fin, nous faisions des singles parus sous différents noms : les Hitters, les Knees, Limelight, les Brinsleys. Nous étions arrivés à un point où nous avions conscience de ne pas pouvoir aller beaucoup plus loin. Nous étions beaucoup mieux à cette période qu'à nos débuts, mais nous avons préféré passer la main. Chacun a alors pris des directions différentes. » (Brinsley Schwarz)

Un groupe reboosté.

Nervous On The Road (septembre 1972), 4ème levée du catalogue, traduit bien la confiance qui anime désormais la formation britannique et notamment son songwriter-maison Nick Lowe, auteur de compositions (dont quelques rock 'n' roll de derrière les fagots) de plus en plus inventives, aux mélodies riches et aux textes posés. L'affaire du Fillmore n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Du rock & roll, de la country-rock, une paire de ballades, quelques reprises et du pub rock à l'anglaise, Nervous On The Road offre du grand Brinsley Schwarz.

La critique ne s'y trompe pas. Pour le coup, elle soutient complètement et le disque et le groupe, lequel retrouve des couleurs en étant invité au Festival de Glastonbury 1971 où il livre une prestation remarquée et qui, sur la demande insistante de Paul et Linda McCartney, ouvre la tournée anglaise des Wings entre le 11 mai et le 10 juillet 1973.

Bonifié avec le temps.

Le cinquième LP en a encore dans le sac, même s'il ne séduit pas autant la presse spécialisée que son prédécesseur. Alimenté par un lot de singles et des titres en direct de studio datant du début des 70's, Please Don't Ever Change (1973), malgré sa qualité, ne se vend pas.

Album de 1974, The New Favourites Of Brinsley Schwarz, produit par Dave Edmunds, dont Brinsley Schwarz va devenir le groupe de soutien, tient encore la route malgré une direction plus pop. Lowe signe encore quelques petites pépites, suffisantes pour nourrir en lui des envies d'autre chose. Pour son compte. The New Favourites scelle la fin d'une aventure certes mal engagée, mais qui, au final, méritait bien mieux que ce qu'il en est resté (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 3 - 1972

 

Brinsley schwarz sister pistol

 

BRINSLEY SCHWARZ

SILVER PISTOL – 1972  4,5/5

 

Publié en février 1972.

Produit par Dave Robinson.

Durée:41:12.

Label:United Artists.

Genre:rock,country-rock.

 

Cool Raoul.

 

On oublie les deux premiers albums de Brinsley Schwarz (l’éponyme et Despite It All, tous deux de 1970), groupe anglais qui n’est pas sans évoquer le Band, et on focalise plus volontiers sur la partie la plus intéressante de sa discographie, celle qui débute avec Silver Pistol (1972), qui s’intercale entre ce dernier et The New Favourites of Brinsley Schwarz (1974), album marquant la cessation d’activités de cette formation.

Ici pas de décibels superflus mais du rock classique avec un son qui lui est bien propre, pratiqué « cool Raoul » en une fusion de country-rock, de pop, de folk, de psyché et de R & B.

Brinsley Schwarz, du nom de son guitariste fondateur, influencé par Robbie Robertson du Band, est très populaire dans l’Angleterre du début des seventies, ouvrant pour le Wings de Paulo, pour Atomic Rooster ou le Dead, faisant office de backing band pour une tournée de Dave Edmunds.

Constituée en 1969 à Tunbridge Wells, la formation anglaise réunit autour de Schwarz, Nick Löwe, bassiste-chanteur, talentueux songwriter et futur producteur d’Elvis Costello et des Pogues, le claviériste Bob Andrew, le batteur Billy Rankin, puis celui que la presse britannique considère comme le meilleur guitariste rythmique de Grande-Bretagne pour l’année 1971, Ian Gomm.

Brinsley Schwarz en prend pour six ans, passe régulièrement sur les ondes, fréquente couramment les plateaux de TV, remplit fréquemment les salles et les festivals auxquels il prend part, avant de se séparer en 1975, nanti d’un catalogue d’une demie douzaine de pièces.

Silver Pistol est le troisième opus à y apparaître. Les compositions incombent pour l’essentiel à Nick Löwe (le chaleureux Merry Go Round, un sympathique Nightingale, Silver Pistol, le pop The Last Time I Was Fooled, l’excellent Unkown Number et Egypt), qui fait montre d’une belle créativité, mais le nouvel entrant Gomm signe son arrivée avec quatre titres country-rock plutôt probants comme Dry Land, la ballade One More Day, Range War et Rockin’ Chair.

Deux belles reprises de Jim Ford (une des influences de Löwe et du groupe) prévues dans un projet (non réalisé) avec ce dernier, Ju Ju Man et Niki Hoeke Speedway, complètent ce tableau très séduisant.

Retenez-bien ce nom, Brinsley Schwarz, ne vous laissez pas enfumer par des débuts difficiles dont la presse s'est gaussée. L'intérêt est ailleurs et notamment dans sa discographie post Silver Pistol, où il y a des choses très croustillantes à y dénicher (RAZOR©)

 

1. Dry Land.

2. Merry Go Round.

3. One More Day.

4. Nightingale.

5. Silver Pistol.

6. The Last Time I Was Fooled.

7. Unknown Number.

8. Range War.

9. Egypt.

10. Niki Hoeke Speedway.

11. Ju Ju Man.

12. Rockin' Chair.

 

Brinsley Schwarz:guitare.

Ian Gomm:basse,guitare,chant.

Billy Rankin:batterie.

Bob Andrews:claviers,chant.

Nick Lowe:basse,guitare,chant.

LP Studio 4 - 1972

 

Brinsley schwarz nervous on the road

 

BRINSLEY SCHWARZ

NERVOUS ON THE ROAD – 1972  5/5

 

Publié en septembre 1972.

Produit par Dave Robinson.

Durée:39:16.

Label:United Artists.

Genre:rock,pub rock.

 

Brisnley Schwarz à son zénith.

 

On a souvent tendance à mésestimer ce groupe au prétexte que ses débuts dans le métier n'ont pas été des plus heureux. Beaucoup d'auditeurs de cette entame sont restés là-dessus et n'ont jamais cherché à aller au-delà des deux premiers LP.

L'excellent Silver Pistol, l'album précédent du début d'année 72, est pourtant un très bon indicateur du palier franchi par Brinsley Schwarz en se repositionnant sur un créneau plus à même de le faire briller. Le groupe a survécu au Brinsley Schwarz Hype dont il a été victime, entendez par là, un lynchage médiatique énorme.

Nervous On The Road (en écoute intégrale ici), publié en septembre 72, confirme tout le bien que je pense de la tranche discographique 1972/74 de Brinsley Schwarz entamée par Silver Pistol. A part les deux premiers albums du catalogue, tout le reste est à consommer sans la moindre modération.

Mélange de rock, de R & B, de country et de reggae, cette musique terre-à-terre et sans fard, dotée d’une approche très américaine (on sent un penchant pour le Band et les Byrds), ces compositions d’une grande pureté d’un groupe enfin à son meilleur niveau, ne génèrent que plaisir et émotion (It’s been So Long, Surrender To The Rhythm, I Like It Like That, Home In My Land).

Nick Löwe, pourvoyeur principal des chansons de Brinsley Schwarz (7 sur 10), s’y montre inspiré, drôle et prolifique ; son écriture est éclatante, ses ballades à couper la chique (Don’t Lose Your Grip On Love et Brand New You, Brand New Me).

Comme, par-dessus tout, le jeu collectif est parfait, que les compétences vocales sont avérées, que le son est encore amélioré par rapport à Silver Pistol, que la prod est plus affinée que jamais, c'est à une étape impérative sur Nervous On The Road à laquelle je vous convie. Vous ne le regretterez aucunement (RAZOR©).

 

1. It's Been So Long.

2. Happy Doing What We're Doing.

3. Surrender to the Rhythm.

4. Don't Lose Your Grip On Love.

5. Nervous On The Road (But Can't Stay At Home).

6. Feel A Little Funky.

7. I Like It Like That.

8. Brand New You, Brand New Me.

9. Home In My Hand.

10. Why, Why, Why, Why, Why.

 

Brinsley Schwarz:guitare,saxophines ténor et alto,chant.

Ian Gomm:guitare,chant.

Billy Rankin,Peter Whale:batterie.

Bob Andrews:claviers,saxophone alto,chant.

Nick Löwe:basse,guitare acoustique,chant.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.