Patti Smith.

BIOGRAPHIE.

 

 

PATTI SMITH/Chicago (Illinois – USA)

 

Patti smith intro

 

Né Patricia Lee Smith, le 30 décembre 1946 à Chicago.

Active de 1967 à aujourd'hui.

Labels:Arista,Columbia.

Genre:punk rock,art punk,proto-punk,art rock,rock.

Site officiel:pattismith.net

 

Un profond respect pour la vie.

Quand elle vient au monde, le 30 décembre 1946, la petite Patricia Lee Smith souffre d'une maladie broncho-pulmonaire grave. Au sortir de la seconde guerre mondiale, la médecine de l'époque s'interroge sur la possibilité du bébé à survivre à cette infection.

Il faut toute la volonté et l'énergie de ses parents pour maintenir l'enfant en vie. La mère et le père de Patricia se relaient jour et nuit pour la plonger dans la vapeur d'un bain d'eau chaude afin, en inhalant les émanations, de libérer ses voies respiratoires et, ainsi, de soulager son affection.

Patti smith photo lynn goldsmithPatti Smith (©Lynn Goldsmith).

Patti smith gloriaGloria, sorti en janvier 1976.

Patti smith horsesHorses, album de fin 1975.

Patti smith nowLa Prêtresse du rock.

Patti smith book just kidsJust Kids, son autobiographie.

Si Patti Smith est vivante aujourd'hui, elle le doit avant tout à Beverly et Grant Smith. Elle en éprouve depuis un grand sentiment de reconnaissance, un profond respect pour la vie en général et une détermination à toute épreuve.

C'est pourquoi, malgré sa vie de rock star, les fréquentations discutables dont beaucoup ont disparu au bout d'une seringue, son look gothique et son apparence physique frêle, Patti Smith n'a jamais connu le moindre ennui avec la drogue ou l'alcool, ni commis quoi que ce soit qui aurait pu la mettre en danger un jour ou l'autre.

Pas née pour être spectatrice.

Mieux, à chaque étape de son existence, la chicagoane a veillé à entretenir le merveilleux cadeau que ses parents lui ont fait en la mettant au monde.

A plus forte raison dans ces conditions.

Patti n'est donc pas née pour être spectatrice et a dans l'idée de mener à bien tous les projets qui l'animent. Elle s'y emploie plus que jamais aujourd'hui.

Malgré les deuils qui ont jalonné son parcours (son mari Fred Sonic Smith, son frère Todd, son ami et très proche Robert Mapplethorpe) et les chagrins qu'elle a endurés, les pièges autodestructeurs et décadents tendus par le milieu de la musique, la rebelle qui a révolutionné l'underground new-yorkais des 70's, est toujours une fervente amoureuse de la vie, une boulimique de travail, de lecture, de rock, d'opéra, de poésie, de photographie, de peinture, de cinéma, une insatiable supportrice de l'esprit humain, de la nature.

Comme elle s'en défend avec fierté et conviction : Patti Smith n'a jamais eu l'intention de mourir à 27 ans comme Brian, Jim, Jimi ou Janis...

Native de Chicago mais grandissant dans le New Jersey dès l'âge de 4 ans, Patricia Lee Smith, aînée d'une fratrie constituée de 3 filles (Patti, Linda et Kimberly) et d'un garçon (Todd), est l'enfant d'un couple d'origine irlandaise ouvert à la musique.

De la peinture à la poésie, puis à la musique...

Papa Grant est un ancien danseur de claquettes tandis que maman Beverly, témoin de Jehovah, a délaissé une carrière de chanteuse de jazz pour élever sa progéniture.

Patricia est très tôt confrontée à la chanson, grâce à la collection de disques de sa mère.

Elle a 6 ans quand The Girl Can't Help It de Little Richard (1952) lui procure son véritable premier frisson pour la musique, mais c'est toutefois pour la peinture que la jeune fille de 12 ans a les yeux de Chimène, quand elle découvre les artistes que son Dali, Modigliani ou Picasso. C'est décidé : elle veut être peintre.

Mais, quand sa maman lui offre Another Side Of Bob Dylan, l'adolescente opère un revirement. L'écriture du Zim éveille en elle le goût de la chose littéraire et, plus particulièrement, celui de la poésie (1963).

Elle s'oriente alors vers l'école normale pour devenir institutrice (1964), mais se retrouve à étudier le dessin à l'Université de Glassboro State après avoir décroché un diplôme d'art à la Deptford Township High School (1964). A ce stade de sa vie, une évidence apparaît : le destin de Patricia sera lié à l'art, mais lequel ?

Tandis qu'elle poursuit ses études pour pouvoir enseigner un jour, elle tombe involontairement enceinte. Ne pouvant légalement, ni, surtout, ne désirant pas du tout avorter, comme elle ne veut pas non plus devenir fille-mère et ainsi sacrifier les projets qu'elle a en tête, Patricia se résout finalement à confier son enfant à un service social (1967).

Devenir quelqu'un à New York.

Elle décide alors d'interrompre ses études et de quitter le New Jersey où elle travaille dans une usine (été 67). Ce fait inspirera Piss Factory (1974). Promis, juré, Patricia Smith n'enfilera plus jamais le bleu de travail, son avenir se situe désormais à New York où elle a bien l'intention de venir quelqu'un.

Sans emploi et sans logement, la jeune femme se bat pour se sortir de cette situation précaire. Elle rencontre alors Robert Mapplethorpe, étudiant en Arts à Brooklyn.

Une relation amis-amants s'installe alors entre les deux êtres qui, après avoir d'abord emménagé dans un squat, occupent, en 1969, une chambre poisseuse dans le vieillot mais pittoresque Chelsea Hotel (Manhattan), point de ralliement d'artistes de tous bords ; Patricia et Robert ne se quitteront plus pendant de longs mois...

Figure de l'underground new-yorkais.

Trois ans durant, le couple fréquente la faune de l'endroit et de l'underground new-yorkais (1969/1971). Chacun affine pendant cette période ses désirs artistiques.

Mapplethorpe vire vers la photographie tandis que sa maîtresse, son premier modèle, se met à écrire des poèmes et à signer des chroniques pour les magazines Rolling Stone, Creem et Rock.

Tout en continuant à peindre, à écrire et à faire du théâtre, elle fréquente de plus en plus les musiciens du milieu underground comme Albert Bouchard, Allen Lanier ou Buck Dharma (Blue Oyster Cult), Janis Joplin, Jimi Hendrix...

A l'occasion d'un concert, la native de l'Illinois croise la route de Slim Shadow, alias Sam Shepard, dramaturge mais aussi batteur des Holy Modal Rounders, lequel l'encourage à écrire et à chanter. Cette rencontre provoque le basculement de Patricia dans le rock.

Patti Smith est née.

Patricia Lee Smith devient Patti Smith quand elle a une révélation sur la tombe de Jim Morrison (1972). Après avoir publié un recueil de poèmes (Seventh Heaven/1971), elle décide de donner une dimension supplémentaire à son travail et accepte de se faire accompagner à la guitare par Lenny Kaye.

D'autres musiciens sont recrutés pour l'enregistrement d'un premier EP (auto-produit), Hey Joe/Piss Factory, précédemment évoqué (1974).

Patti smith portrait

« Ma curiosité est inassouvissable. J'ai toujours envie de découvrir le nouveau grand livre, le nouveau grand film, le nouveau grand documentaire. » (Patti Smith) 

Les premiers concerts sont organisés dans le Lower East Side. Patti et sa troupe se produisent régulièrement au club CBGB & OMFUG (Country, Bluegrass, Blues and Other Music For Uplifting Gormandizers), un des berceaux du rock underground.

Lou Reed, une des figures légendaires de cette mouvance, suggère à la chanteuse de se rapprocher du label Arista. Il favorise même son engagement, Clive Davis, son manager, proposant à Patti des conditions intéressantes que celle-ci s'empresse d'accepter (1975).

Horses, Gloria, Radio Ethiopia, Easter, Because The Night...

Cette même année (novembre 75), sort Horses, le premier LP de Smith, dont Mapplethorpe signe la photographie de couverture. 44ème meilleur album de tous les temps pour Rolling Stone, ce disque génial installe Patti comme pionnière du punk rock. Les tournées européennes qui s'engagent derrière sont autant de grands événements. Patti frappe fort.

Elle dédie son LP suivant, Radio Ethiopia (1976) à Arthur Rimbaud sur la tombe duquel elle s'est recueilli quelques années auparavant et dont elle a depuis racheté la maison familiale de Roche (Ardennes), en 2017. Son souhait est d'en faire une maison d'artistes.

Radio Ethiopia a le handicap de succéder au phénoménal Horses. En cela, la presse ne pardonne pas à Patti d'avoir un niveau identique dès sa deuxième apparition.

La nouvelle publication n'en propose pas moins un lot de chansons de qualité dont deux, Ask The Angels et Pumping (My Heart), sont de véritables joyaux et font de Radio Ethiopia une acquisition indispensable.

Easter (3 mars 1978) fait encore mieux que Horses en se classant N°20 du Billboard 200. Porté par Because The Night (N°13 aux USA et N°5 au Royaume-Uni), Rock'N'Roll Nigger, We Shall Rise Again et la chanson-titre, le 3ème pan du catalogue confirme une chose : Patti Smith convainc à chaque sortie.

Et ce n'est pas le majestueux Wave (mai 1979) qui contredira ce constat implacable. 18ème du Billboard, il traduit une Patti Smith au faîte de sa créativité et de son émotion.

Durant la décennie qui suit, Patti Smith se consacre à l'étude du cinéma et à l'écriture (5 ouvrages), à Fred Sonic Smith avec lequel elle a deux enfants, Jess et Jackson, mais s'accorde une pause avec la scène et les studios.

Il faut attendre 1988 pour qu'elle publie Dream Of Life, enregistré sans le Patti Smith Group, présent sur les travaux précédents. La critique ne réserve pas le même accueil que d'habitude à l'artiste, restée visiblement trop longtemps à l'écart du rock. Mais la qualité est toujours là, malgré une rupture en douceur.

La Prêtresse du rock.

Le bonheur entrevu dans Dream Of Life laisse alors place à une période douloureuse pour Patti. Tour à tour, elle perd Robert Mapplethorpe (1989), Richard Sohl, son pianiste (1990), son mari (1994) et son frère Todd, également son road manager, quelques semaines plus tard.

Patti fait alors de sa carrière musicale une thérapie pour sortir de cette sombre spirale et reforme son groupe pour un retour officiel à la fin de l'année 1995, en première partie de Bob Dylan, et enchaîne une poignée d'albums entre Gone Again (1996) et Banga (2011).

Commandeur des Arts et des Lettres (2005), intronisée au Rock And Roll Hall Of Fame (2007), la Prêtresse du Rock a surtout privilégié l'écriture biographique (Just Kids/2010) depuis le milieu des 90's.

Patti se considère comme écrivain avant tout. Dans le rock, elle n'aurait fait que passer... mais de quelle manière ! (RAZOR©2021)

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1 - 1975

 

Patti smith horses

 

PATTI SMITH

HORSES – 1975  5/5

 

Publié en décembre 1975.

Produit par John Cale.

Durée:43:10.

Label:Arista.

Genre:protopunk,art rock,rock.

 

Patti défie le rock underground new-yorkais.

 

L'année de la publication de Horses, le mouvement punk, basé sur les guitares électriques venues du garage-rock et développé dans une premier temps par les Seeds, les Sonics, MC5 ou les Stooges, n'est pas encore vraiment ancré dans le concert rock ambiant.

La scène underground new-yorkaise des Television, Suicide, Ramones, Talking Heads, Police, Heartbreakers, Cramps, Fleshtones et leur temple, le CBGB (Country Bluegrass Blues And Other Music For Uplifting Gormandizers), club du Manhattan crasseux et décadent, se chargent de l'installer définitivement.

Patti Smith est également de ce contingent musical qui rejette tout ce que le rock offre de prétentieux et mercantile, mais aussi l'autorité, la religion, les conventions sociales et qui fédère autour de lui tous les révoltés, les exclus et les marginaux de la société bourgeoise américaine.

A son tour, la chicagoane bascule dans la dissidence à un moment où le rock, trop formaté, et orphelin de ses Jimi Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin, commence sérieusement (pour elle, en tout cas) à se fourvoyer.

Il y a désormais urgence à le revitaliser. Patti juge que le moment est venu de lui redonner un second souffle à ce rock devenu trop formaté. En s'adjoignant les services de John Cale à la production, la Prêtresse du Rock va donner le meilleur d'elle-même ; à moins que ce ne soit le producteur gallois qui exploite à merveille tout le potentiel d'écorchée-vive de l'artiste.

Au final, peu importe. Ce premier album de Patti, Horses, publié fin décembre 1975 chez Arista, reçoit un accueil à la hauteur du disque exceptionnel qu'il est : un des très grands chefs d’œuvre du rock. Il brave le rock underground new-yorkais ambiant.

Critiques comme public sont unanimes à s'enthousiasmer sur ce coup d'essai de celle qui cumule les casquettes de chanteuse, de poétesse et d'écrivaine. Pour une ouverture de catalogue, elle fait mieux que beaucoup d'artistes ou musiciens qui ont alors pignon sur rue.

Horses est vu aujourd'hui comme un album culte du rock qui ouvre de manière fracassante une discographie de grande qualité laquelle recense d'autres pépites comme Radio Ethiopia, Easter que je vous invite à découvrir si ce n'est déjà fait (RAZOR©).

 

1. Gloria:In Excelsis Deo/Gloria.

2. Redondo Beach.

3. Birdland.

4. Free Money.

5. Kimberly.

6. Break It Up.

7. Land Horses/Land Of A Thousand Dances/La Mer.

8. Elegie.

 

Patti Smith:chant.

Lenny Kaye:guitare.

Tichard Sohl:piano.

Ivan Kral:guitare,basse.

Jay Dee Daugherty:batterie,

Tom Verlaine:guitare sur 6.

Allen Lanier:guitare sur 8.

DISCOGRAPHIE MODERNE.

LP Studio 11 - 2012

 

Patti smith banga 2012

 

PATTI SMITH

BANGA – 2012  4,5/5

 

Publié en juin 2012.

Produit par Patti Smith,Tony Shanahan,Jay Dee Daugherty,Lenny Kaye.

Durée:58:35.

Label:Columbia.

Genre:rock.

 

Un événement.

 

Springsteen, Dylan, les Stones, Neil Young, ZZ Top, Mark Knopfler, Patti Smith... les artistes phare des années 70 n'ont pas jeté l'éponge et ont bien l'intention de damer le pion au rock d'aujourd'hui, bien pâle au demeurant à quelques exceptions près. A en juger par ce qu'il m'a été donné d'écouter, 2012 est une année florissante pour nos anciens.

Patti Smith n'a plus donné signe de vie depuis 8 ans, sa réapparition est déjà un événement en soi. Elle l'est d'autant plus que l'icône du punk-rock ne débarque pas les mains vides.

Elle revient avec Banga, onzième album et pas des moindres. Banga est placé sous le signe des hommages et des références.

Pour Amy Winehouse est écrit le saisissant This Is The Girl, certainement la perle de ce disque. Dans Maria, elle étreint une dernière fois son amie, l'actrice Maria Schneider (Le Dernier Tango à Paris de Bertolucci-1972), maudite comme elle et décédée en 2011.

A Johnny Depp, elle offre un excellent Nine pour son anniversaire. Plus loin, elle honore le peuple japonais de Fukushima via Fuji-San, puis la culture russe (Banga, April Fool, Tarkovsky), réfère à Neil Young en reprenant le fameux After The Gold Rush, accompagnée de son fils Jackson (guitare) et de sa fille Jesse au piano.

L'auteur de l'inoubliable Because The Night passe en revue douze titres qui marquent une réelle renaissance discographique. Banga brasse tant de la poésie punk, que des ballades, du country-jazz et du rock bien cadencé.

Tendre, passionné, touchant, sobre, sans faute de goût, Banga n'est pas loin d'être ce que la chanteuse-poète de Chicago a fait de mieux dans sa carrière. Excellent moment en perspective (RAZOR©).

 

1. Amerigo.

2. April Fool.

3. Fuji-San.

4. This Is The Girl.

5. Banga.

6. Maria.

7. Mosaic.

8. Tarkovsky (The Second Stop Is Jupiter).

9. Nine.

10. Seneca.

11. Constantine's Dream.

12. After The Gold Rush.

 

Patti Smith:chant.

Lenny Kaye:guitare,choeurs.

Tony Shanahan:basse,claviers,choeurs.

Jay Dee Daugherty:batterie,percussion,mandocello,choeurs.

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires