The Police.

BIOGRAPHIE.

 

THE POLICE/Londres (Angleterre)

 

Police 4

 

Actif de 1977 à 1986,entre 2007 et 2008.

Labels:A&M Records,Illegal Records,Universal Music.

Genre:rock,new wave,post-punk,reggae,pop-rock.

Site officiel:www.thepolice.com

 

Hits Maker devant l'Eternel.

Quand on évoque la new wave, le premier groupe auquel on pense spontanément, c'est Police. Ou plutôt The Police, c'est son nom officiel.

Alors que la scène punk secoue la fin des 70's, The Police va devenir un des premiers ambassadeurs d'un genre s'éloignant du blues et du rock and roll, intégrant désormais du disco, de la musique électronique et expérimentale ainsi que de la pop ; il va caractériser les années 80.

Police 1Un trio redoutable...

Police sting hit makersSting, un hit maker prolifique.

Police roxanneRoxanne par lequel tout est arrivé.

Police outlandos d amourOutlandos d'Amour (novembre 1978).

The Police, formation anglo-franco-américaine, marque le début de cette décennie en déployant une musique nuancée de rock, de reggae et de pop qui va faire émerger tout le talent de l'écriture du chanteur et bassiste Gordon Matthew Thomas Sumner, alias Sting.

Les titres qu'il apporte au collectif entre 1977 et la moitié des 80's ont tous systématiquement leur rond de serviette dans les charts, britanniques d'abord, européens ensuite et américains enfin.

Roxanne, Can't Stand Losing You, So Lonely, Message In The Bottle, Walking On The Moon, Don't Stand So Close To Me, De Do Do Do De Da Da Da, Invisible Sun, Every Little Thing She Does Is Magic, Spirits In The Material World, Every Breath You Take, Wrapped About Your Finger relèguent au rang de pipi de chat l'apport, pourtant intéressant, de l'autre dotateur du groupe, l'américain Stewart Copeland, batteur et initiateur de The Police.

Le musicien du Cap Corse Henry Padovani (au départ) et Andy Summers, un vieux de la vieille (de 10 ans l'aîné de tous), complètent le line-up d'origine, leur rôle est moindre dans le succès du groupe.

Ils tiennent les guitares, se bouffent le nez à la moindre occasion, amenant Padovani à se retirer quelques mois après la fondation officielle de The Police.

Un trio détonant.

Le groupe évolue alors en trio et Summers s'affirme comme la caution expérience et sagesse de cette tierce qui fait le choix de son identité en référant à un mot qui, dans toutes les langues, est facilement identifiable.

Celui-ci fait référence à la profession du père de Stewart Copeland, Chef du Political Action Staff de la CIA.

Dans le même temps que l'Angleterre, alors en lambeaux économiquement et socialement, désabusée, vieillissante et à la limite de la guerre civile, est secouée par un mouvement punk prospérant au rythme de l'anarchisme, du nihilisme, de la violence, de l'anti-conformisme et de l'anti-autoritarisme, The Police s'installe dans le champ musical. Clin d’œil au chaos ambiant, son nom a plus que jamais du sens.

Une redoutable formule tricéphale.

Police est constitué à la fin de l'année 1976 à l'initiative de l'américain Stewart Copeland et Henry Padovani, guitariste corse débarqué à Londres pour se mêler à la scène punk grande-bretonne.

Gordon Matthew Sumner est recruté comme bassiste lors d'un concert que donne ce dernier à Newcastle, l'objectif de Copeland étant de se projeter sur un trio punk avec le futur Sting au chant et à la basse, Padovani à la guitare solo et lui-même doublant à la batterie et à la guitare rythmique.

Cette mouture enregistre rapidement, en février 1977, un premier single, Fall Out/Nothing Achieving (sorti en mai 77) mais Padovani ne convainc plus dans la mesure où le trio se découvre de nouvelles ambitions.

Copeland et Sumner s’adjoignent les services d'Andy Summers en qualité de deuxième guitariste ; Padovani et ce dernier se partagent, durant l'été 77, la fonction, avant que le français ne soit définitivement écarté, celui-ci admettant de bonne grâce ses limites dans le projet voulu et défini par le batteur.

Comme Padovani a du mal à supporter son nouveau partenaire, sa rupture avec The Police est entérinée.

Police sting

« Roxanne sonne encore aujourd'hui comme si c'était une chanson moderne. Beaucoup de nos chansons suscitent le même sentiment ; elles ne sont pas enracinées dans le temps.Elles sont, en quelque sorte, non amarrées. J'adore ça. Elles n'ont pas l'air de dater de 1978. Elles appartiennent au présent. » (Sting)

Roooxane !

C'est dans une nouvelle formule à trois que le groupe poursuit son aventure. La première se fait à Birmingham, le 18 août 1977. Le trio pratique le punk rock alors en vogue mais peine toutefois à décrocher des contrats pour se montrer en public et à vendre sa musique.

Steve Copeland, le directeur artistique du trio, sollicite son frère Miles, manager et producteur, pour qu'il donne son avis sur les morceaux que le groupe a dans la besace.

Le batteur tend à pousser son répertoire plutôt que celui de Gordon Sumner ; dans cette matière destinée à alimenter un premier album, un titre attire l'attention de l'aîné des Copeland. Il est l’œuvre du bassiste qui en a entamé l'écriture durant l'étape parisienne du groupe les 20 et 21 octobre 1977.

Conçue initialement en bossa nova, Roxanne n'a pas marché lors de sa première publication et le groupe ne cache pas son désir de l'écarter.

Durant l'audition en studio, Miles Copeland insiste pour que la ballade qu'il entend, soit retravaillée pour la livrer dans un registre reggae-rock plus accrocheur et dans l'air du temps.

Roxanne prend une nouvelle dimension et est intégrée à l'album ouvrant le catalogue, Outlandos d'Amour (novembre 1978) ; elle contribue alors à décrocher un engagement auprès d'A&M Records, à un moment où, à court d'argent, le groupe s'interroge sur son avenir.

Censurée par la BBC au motif qu'elle raconte l'histoire d'une prostituée, Roxanne tarde, en Angleterre, à produire l'effet commercial espéré de leurs vœux par les musiciens.

La tournée américaine engagée derrière est désastreuse, mais les DJ de l'Oncle Sam passent Roxanne en boucle et déclenchent un engouement nouveau qui va installer la chanson au N°12 des charts britanniques et N°32 du Billboard. Roxanne sauve le trio et lance la carrière de The Police.

Un groupe légendaire...

Si Outlandos d'Amour s'est fait dans la douleur, son suivant, Reggatta de Blanc (octobre 1979/A&M), rock, reggae et new wave, entre directement à la première place des classements grands-bretons (25 aux States).

Porté par Message In A Bottle et Walking On The Moon (tous deux N°1 en Angleterre), il est ce que Police a fait de mieux durant sa carrière ; la presse spécialisée lui réserve un excellent accueil, le public pique au truc et la tournée de promo implique quasiment une vingtaine de pays.

Gagnant en popularité aux quatre points de la planète, le label pousse pour capitaliser sur cet élan favorable.

Zenyatta Mondatta (octobre 1980/A&M), tiré par les succès de Don't Stand So Close To Me (N°1) et le populaire De Do Do Do De Da Da Da (N°1), Ghost In The Machine (octobre 1981/A&M) avec les singles Invisible Man, Every Little Thing She Does Is Magic et Spirits In The Material World et Synchronicity (juin 1983/A&M), duquel sont extraits Every Breath You Take, Wrapped Around Your Finger, Synchronicity et King Of Pain, élèvent le trio au rang de groupe légendaire.

Partout où il passe, il sature les espaces, suscite les manifestations extatiques des foules jusqu'en 1984, date à laquelle Police, intronisé au Rock And Roll Hall Of Fame en 2003, s'accorde une pause avant de rompre, sans l'annoncer officiellement.

Seul Sting...

Chacun des membres bascule alors dans une carrière individuelle que Gordon Sumner mène toujours aujourd'hui.

Ce citoyen du monde qui a le Brexit en travers de la gorge, vient juste de publier, en plein confinement, un excellent 15ème opus personnel, l'introspectif Bridge (novembre 2021, placé dans la filière pop de The Dream Of The Blue Turtles, l'album de ses débuts en solo.

Au regard de ce qu'il y développe, le moins que l'on puisse dire est que le hit-maker de Police n'a pas fini de nous régaler (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1 - 1978

 

Police outlandos d amour

 

THE POLICE

OUTLANDOS D'AMOUR – 1978  5/5

 

Publié le 2 novembre 1978.

Produit par Police.

Durée:38:14.

Label:A&M Records.

Genre:new wave,post-punk,punk rock,reggae rock.

 

Enthousiaste !

 

Publié en 1978, Outlandos D'Amour, c'est le premier album de Police, celui qui contient notamment le tube interplanétaire Roxanne et le non moins célèbre Can't Stand Losing You.

Un groupe qui sort d'emblée deux titres majeurs comme ceux évoqués ci-dessus, ne laisse personne insensible.

En effet, Police devient, en très peu de temps, une formation qui va influer sur le rock british de la fin des années 70. Originellement formation de punk, cet album sonne punk. Les chiens ne font pas de chats, c'et bien connu !

La guitare de Andy Summers est virevoltante, la batterie de Stewart Copeland endiablée et, pour couronner le tout, Police dispose d'un chanteur et bassiste exceptionnel en la personne de Gordon Sumner, alias Sting. C'est enthousiaste et plein de la fraîcheur propre aux nouveaux.

Doté d'un son innovant et très caractéristique du style Police, ce disque propose également des titres variés et intéressants.

Next To You, morceau punk entame un album sur lequel on retrouve aussi un So Lonely, premier carton du groupe, Roxanne que l'on ne présente plus, l'efficace Hole In My Life, puis le déjanté Peanuts, Can't Stand Losing You, autre carton, l'énergique Truth Hits Everybody façon Clash, Born In The 50'S, l'étrange Be My Girl et le semi-instrumental qu'est Masoko Tanga. A posséder impérativement (RAZOR©2021).

 

1. Next To You.

2. So Lonely.

3. Roxanne.

4. Hole In My Life.

5. Peanuts.

6. Can't Stand Losing You.

7. Truth Hits Everybody.

8. Born In The 50's.

9. Be My Girl.

10. Masoko Tanga.

 

Gordon Sumner:basse,chant,harmonica.

Andy Summers:guitare,chœurs,piano.

Stewart Copeland:batterie,percussion,chœurs.

LP Studio 2 - 1979

 

Police reggatta de blanc

 

THE POLICE

REGGATTA DE BLANC – 1979  5/5

 

Publié le 2 octobre 1979.

Produit par Police.

Durée:41:52

Label:A&M Records.

Genre:rock,reggae,new wave.

 

Poussez vous d'là...

 

Nous avons bien entre les mains un superbe classique du rock signé Police, deuxième de leur discographie (1979) en pleine vague punk.

Avec ce disque Police va sortir des sentiers battus pour se faire un nom sur la scène internationale avec un titre phare Message In The Bottle, qui sera bel et bien le numéro un des hits en cette fin d'année, devant des monstres sacrés comme Clash et son London Calling, devant Pink Floyd et son Another Brick In The Wall. « Poussez-vous que j'm'y mette » annonce le trio Sumner, Summers, Copeland. L'autre tube, c'est Walking On The Moon, à l'atmosphère rock-reggae étonnante.

Reggatta De Blanc annonce un son qui sera propre à Police et une coloration franchement reggae et Jamaïque ; il mélange également toutes sortes d'influences musicales ce qui permet l'obtention d'un disque varié, jamais inintéressant, audacieux, sans baisse de régime, sans failles, mature, créatif dans ses 11 tableaux.

Du rock débridé comme le super morceau du nom de Deathwish, Contact (plus punk), le fougueux It's Alright For You, des ballades sublimes à la manière de The Bed's Too Big Without You (qui n'accroche pas forcément à la première écoute mais dont je vous recommande le jeu tout en finesse de Stewart Copeland) ou de l'élégante Bring On The Night.

A ne pas négliger No Time This Time, fruit de l'Apocalypse, époustouflant avec cette prestation à déchirer, de Copeland derrière ses fûts (quel grand batteur !).

A votre place, je lâcherai quelques euros pour acquérir ce disque très travaillé, bien ciselé et qui nous a tous fait tomber sur le cul à l'époque. Police ? Un vrai grand groupe qui a entrouvert la porte à la déferlante New Wave (RAZOR©2021).

 

1. Message In A Bottle.
2. Reggatta De Blanc.
3. It's Alright For You.
4. Bring On The Night.
5. Deathwish.
6. Walking On The Moon.
7. On Any Other Day.
8. The Bed's Too Big Without You.
9. Contact.
10. Does Everyone Stare.
11. No Time This Time.


Andy Summers:chœurs,guitare.
Stewart Copeland:batterie,chœurs.
Sting:chant,basse.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires