Jan & Dean.

BIOGRAPHIE.

 

JAN & DEAN/Los Angeles (Californie – USA)

 

Jandean intro

 

Actif de 1958 à 1968,réunion en 1973,de 1976 à 2004.

Labels:Arwin,Doré,Ripple,Challenge,Liberty,J&D,Jan & Dean,Magic Lamp,CBS,Warner,Brer Bird,White Whale.

Genre:surf rock,rock psychédélique,rock,pop-rock.

Site officiel:jananddean.com

 

26 fois dans les charts.

Le 12 avril 1966, Jan Berry est victime d'un effroyable accident de la circulation ; sa voiture, alors qu'il roule à vitesse soutenue, s'encastre sous un camion garé le long de la North Whittier Drive à Los Angeles.

Le Jan du duo Jan & Dean, belle gueule, intelligent, brillant, charismatique, surfeur passionné, grand professionnel de studio et force créatrice du duo, se retrouve dans un état tel que les premiers secours le tiennent pour mort.

Il survit à ce drame, mais à quel prix. Son cerveau est endommagé et il reste handicapé pour le restant de ses jours. Jan Berry, réduit à un état végétatif, passe six semaines dans le coma et son réveil se traduit par une incapacité à parler et révèle une grave paralysie sur tout le côté droit du corps. Pour lui, la chanson, la musique, les studios, les concerts, c'est fini... Jan & Dean a vécu.

Comble de l'immoralité, le californien, architecte et pionnier du son de la west coast, est le co-auteur (avec Brian Wilson, Roger Christian et Artie Kornfeld) du prémonitoire Dead's Man Curve, sorti deux ans et demi ans auparavant (décembre 1963), lequel évoque l'histoire d'une course de voitures entre adolescents qui tourne mal et la situe dans une zone géographique proche du drame.

Un livre développe plus en détail son parcours et son drame : Dead Man's Curve/The Rock 'n' Roll Life of Jan Berry. La publication dont Mark A. Moore est l'auteur, est prévue pour le printemps de cette année.

Malgré son sale état physique et cérébral, cet homme cassé fait montre d'une volonté hors du commun pour se reconstruire et, à nouveau, retrouver les studios.

Aidé par ses amis comme Lou Adler et Hal Blaine, Jan Berry, grâce à une lourde rééducation, retrouve une partie de son autonomie. Il revient à l'écriture et à l'arrangement au milieu des 70's.

Mais il limite toutefois ses uniques apparitions publiques à des retrouvailles avec son complice Dean Torrence, à de rares passages sur les TV pour honorer son passé de duettiste, à quelques piges avec les Beach Boys.

Il pousse sa détermination à enregistrer un album solo en 1997, par lequel il convainc son auditoire de ses facultés retrouvées. Second Wave est une bien belle leçon de vie.

Hélas, après une dernière sortie avec son alter ego quelques semaines auparavant, Jan Berry s'éteint le 26 mars 2004. Grâce à lui, Jan & Dean est entré 26 fois dans les charts entre la fin des 50's et la décennie suivante et a marqué l'histoire de la surf music d'une empreinte aussi forte que celle laissée par les Beach Boys...

Jandean 1Un duo populaire.

Jandean accidentMis à mal par le drame touchant Jan Berry.

Jandean the baronsTout démarre avec The Barons.

Jandean surf citySurf City en 1963.

Jandean mort 2004Jan Berry, mort en 2004.

Aussi populaire que les Beach Boys.

Duo américain constitué à Los Angeles à la fin des 50's, Jan & Dean partage, avec la fratrie des Wilson et quelques autres (Dick Dale & The Del-Tones, The Bel-Airs, The Challengers) la paternité de ce genre en vogue en Californie jusqu'au milieu des années 60 et porté par des harmonies de voix complexes.

Les destinées de Jan Berry (né le 3 avril 1941) et Dean Torrence, d'un an son aîné (10 mars 1940), se croisent à l'université de West Los Angeles où ils fréquentent la même classe et évoluent dans la même équipe de football.

Leur goût commun pour le chant les amène alors à constituer un groupe universitaire, The Barons (1957/58), avec des potes collégiens (Arnie Ginsburg, John Seligman, Wally Yagi et Chuck Steele).

Le combo se retrouve dans les sous-sols de Jan, résident de Bel Air, quartier chic des contreforts des monts Santa Monica et évolue vers une formation musicale à caractère vocal (doo wop).

De Jan & Arnie à Jan & Dean.

Ce dernier, force créatrice du tandem, commence à composer ses propres chansons originales (There In The Night, Jennie Lee). Bruce Johnston, futur Beach Boys, en fut membre.

Jennie Lee est le premier tube de Berry (1958) ; il est publié sous le nom de Jan et Arnie, partenariat qui prend fin début 59.

Jan et son ami étudiant Dean Torrence débutent alors leur collaboration (février 1959), mais en se lançant sur la pointe des pieds du fait que Berry favorise encore, à se stade de sa vie et de sa carrière, ses études de médecine (UCLA). Torrence, quant à lui, suit un cursus universitaire dans le design et l'architecture.Le duo musical constitué se rapproche alors des producteurs indépendants de la place de Los Angeles, Herb Alpert et Lou Adler. Pour le label angelin Dore Records, ils signent un premier single pop-doo wop en mai 1959. 

Une pop accrocheuse.

Le titre en question, Baby Talk, fait top 10 du Billboard 100 et N°7 du Cash Box. Ce succès leur permet, en cette fin 59, de faire leurs premières TV nationales, via l'émission de variété musicale hebdomadaire diffusée sur ABC, The Dick Clark Saturday Night Beechnut Show.

Même si There's A Girl (novembre 59) se place au 97ème rang du Billboard et fait moins bien que son prédécesseur, il n'en altère pas pour autant la popularité de Jan & Dean qui se produit dans les salles les mieux considérées de Californie et est invité sur les plateaux télévisés les plus huppés (American Bandstand).

Clementine (N°65 du Billboard)/You're On My Mind (novembre 59) et White Tennis Sneakers/Cindy font la transition entre la fin des 50's et le début des 60's et précèdent la sortie du premier LP du duo, nommé The Jan And Dean Sound (mars 1960/Dore).

Sympathique et récréatif, même si un peu redondant parfois, ce disque dévoile un lot bien travaillé d'une pop accrocheuse dont on peine à se défaire après son écoute.

La plage, le surf, les filles et les voitures.

Deux mois plus tard (mai) sort un nouveau single, We Go Together qui, en septembre 1960, pointe en 39ème place du Cash Box et comme N°53 du Billboard. Gee (N°81) referme le catalogue de l'année 1960.

Jusqu'au milieu des années 60, Jan et Dean enchaînent avec bonheur les singles placés essentiellement dans une filière surf rock/hot rod et symbolisant la culture sud californienne du moment pilotée par les filles, le surf, les voitures et les courses de vitesse sauvages : Honolulu Lulu (N°11/1963), Drag City (N°10/1964), Dead Man's Curve (N°8/1964), The Little Old Lady Of Pasadena (N°3/1964), Ride The Wild Surf (N°16/1964), Sidewalk Surfin' (N°25/1964), You Really Know How To Hurt A Guy (N°27/1965), I Found A Girl (N°30/1965) et Popsicle (N°21/1966).

Jandean torrence portrait

« Je n'ai eu que du plaisir, c'était un plaisir absolu. Je ne me souviens pas avoir été déçu par quoi que ce soit. Jan & Dean, c'était juste un grand voyage. Nous nous entendions bien, nous étions les meilleurs amis du monde. Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment que je n'échangerais contre rien. » (Dean Torrence)

Surf City, en 1963, que Jan a écrite avec Brian Wilson, leader des Beach Boys, est la première grande chanson de surf à occuper le N°1 du Billboard. Le succès de ce titre mis entre les mains du duo suscite la colère du père Wilson, Murry, alors manager de ses fils. Ce dernier interdit à Brian de continuer à travailler avec Berry. Leur collaboration continuera cependant, mais secrètement.

Le drame.

Le 12 avril 1966, alors que Jan & Dean sont au faîte de leur art, la roue tourne avec le dramatique accident dont est victime le premier nommé. Bien que partiellement rétabli, il peine à parler et à se mouvoir, mais trouve la force de chanter à peu près correctement.

Avec le temps, il recouvre une partie de ses moyens et 7 ans après, se remet à chanter, mais officieusement. Il lui faudra quasiment 5 années supplémentaires pour se reconstruire un peu plus et oser un retour officiel.

Durant la longue convalescence de son partenaire, Torrence Dean continue à enregistrer seul et se consacre surtout à son affaire, le Kittyhawk Graphics, studio par lequel il élabore les visuels de pochettes de LP pour lesquels il décrochera un Grammy. Parmi ses clients figurent les Turtles, le Nitty Gritty Dirt Band et Harry Nilsson.

Après la publication d'un film sur l'histoire de Jan & Dean (Deadman's Curve), le duo retrouve des couleurs, soutenu qu'il est alors par ses amis du milieu et surtout les Beach Boys.

Ces derniers poussent très fort pour que le binôme reprenne du service en l'invitant à partager leur scène ; ce premier pas est relayé par une tournée d'été qui voit Jan & Dean se produire au Rose Bowl, au Three Rivers Stadium, au Mile High Stadium et au Murphy Stadium.

Ce moment si particulier nomme une double compilation sortie en 1974 chez United Artists Records (Gotta Take That One Last Ride).

Bien que toujours partiellement handicapé physique et en proie à des difficultés pour parler correctement, Jan Berry se rétablit de mieux en mieux, au point de se marier et de reprendre le chemin des studios d'enregistrement durant les années 80.

Les quelques singles publiés (Fun Fun Fun, Save For A Rainy Day) n'ont pas la même saveur que ses travaux antérieurs, mais qu'importe, Berry, décédé le 26 mars 2004, a déjà gagné la partie depuis longtemps... (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE MODERNE.

COLLECTION (1966/1968) - 2010

 

Jandean carnival of sound 2010

 

JAN & DEAN

CARNIVAL OF SOUND – 2010  4/5

 

Enregistré entre 1966 et 1968.

Sorti en février 2010.

Produit par Jan Berry.

Label:Rhino Handmade.

Genre:surf rock,rock psychédélique,pop-rock,californian sound,sunshine pop.

 

Trésor perdu.

 

Ce lot de chansons enregistrées entre 1966 et 1968 est resté dans les tiroirs pendant plus de 4 décennies ; il a valeur d'archives aujourd'hui et c'est, à mon humble avis, la collection qu'il faut avoir de ce duo californien.

Les fans de surf music et de pop psychédélique seront de ce Carnival Of Sound construit essentiellement autour de Jan Berry (on entend peu Torrence Dean), le véritable architecte du duo, dont certains titres ici collectés ont été écrits avant lson dramatique accident sur Whittier Drive (Los Angeles), à bord de sa Stingray 66 et qui a sérieusement compromis la carrière commune des deux protagonistes.

Cette collection, derrière laquelle se profile l'intrépide Berry (il avait ce projet en tête et malgré la gravité de son accident, s'est attelé à le publier quelques mois plus tard), baigne dans le jus psychédélique du milieu des 60's.

Elle bénéficie du soutien de la légendaire Wrecking Crew, cette section de musiciens informelle réunissant la crème des musiciens de studio de Los Angeles, ainsi que de la présence des chanteurs de sessions les plus huppés de la place californienne.

Alimenté par une pop accrocheuse rehaussée d’éléments psychédéliques et d'effets sonores, ce disque s'inscrit dans l'univers musical alors en vogue sur Sunset Strip.

Berry, mort en 2004, n'aura pas le plaisir de vivre cette sortie vinylique très agréable qui touche à l'exceptionnel au fil de l'écoute et que l'on qualifie souvent de trésor perdu. C'est le cas ici (RAZOR©).

 

1. Girl, You're Blowing My Mind.

2. Mulholland.

3. Fan Tan.

4. Carnival of Sound.

5. Laurel and Hardy.

6. I Know My Mind.

7. Love and Hate.

8. Tijuana.

9. Hawaii.

10. Louisiana Man.

11. Stay.

12. Only a Boy.

13. In the Still of the Night.

14. Yakety Yak.

15. Don't Drop It (bonus).

16. Girl, You're Blowing My Mind (Stereo Mix).

17. Mulholland (Stereo Mix).

18. Fan Tan (Stereo Mix).

19. Carnival of Sound (Stereo Mix).

20. I Know My Mind (Stereo Mix).

21. Love and Hate (Stereo Mix).

22. Tijuana (Stereo Mix).

23. Hawaii (Stereo Mix).

24. Louisiana Man (Stereo Mix).

25. Stay (Stereo Mix).

26. In the Still of the Night (Stereo Mix)

27. Girl, You're Blowing My Mind (Jan's Final Mix).

28. Laurel and Hardy (Jan's Demo).

29. Girl, You're Blowing My Mind (Alternate Backing Track).

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires